C’est l’autre le problème !

Il est là !

Je suis vraiment très contente de vous retrouver aujourd’hui pour mon tout premier épisode de Podcast !

Mon objectif avec ce nouveau format c’est de t’accompagner vers une meilleure compréhension de ton couple. Pour commencer, j’ai prévu plusieurs épisodes qui me semblent être important pour débuter, un peu les bases.

Et j’ai eu envie de commencer aujourd’hui avec cette idée très forte chez beaucoup d’entre vous, cette idée que “C’est l’autre qui a un problème, et qui doit donc changer”.

Même si dans la plupart des cas, on ne dit pas textuellement “je veux qu’il change”. On dit plutôt : je veux qu’il soit plus attentionné, qu’il soit plus affectueux, je veux qu’il me comprenne, je veux qu’elle arrête de me parler de trucs qui datent d’il y a trois ans..

L’idée derrière c’est que l’on souhaite que l’autre change, qu’il soit autrement, qu’il fasse différemment. Ce qu’il est actuellement ne me convient pas, il doit faire autrement.

J’ai envie de t’interroger sur cette idée: Qui a un problème?

C’est un problème pour qui ?

Bien souvent, celui qui n’est pas très affectueux, ou celle qui revient sur des vieux événements, n’ont pas le sentiment d’avoir un problème. Ils ne se disent pas que quelque chose cloche chez eux. Cela ne les empêchent pas de dormir la nuit…

À mon sens, ce n’est donc pas l’autre qui a un problème mais toi. L’autre ne dysfonctionne pas, c’est toi qui observe qu’un trait de caractère ou une attitude chez l’autre ne te convient pas.

Dès les premiers rendez-vous avec mes clients, je pose ce cadre là qui est pour moi très importants. Si quelque chose ne me convient pas chez mon partenaire, cela ne veut pas dire qu’il a un problème, qu’il n’est pas normal, qu’il n’a pas compris..

Mais c’est juste normal !

C’est souvent ce que l’on me renvoi. “Mais c’est juste normal de montrer son affection quand on est en couple” . “Mais c’est juste normal de faire l’amour tous les … quand on est en couple”

On est alors tenté de pointer son partenaire comme anormal “Tu as un problème parce que tu ne montres pas ton affection. Si tu étais vraiment amoureux, tu serais plus tendre…”

Et j’ai envie de dire que non. Il n’y a pas de vérité absolue, pas d’évidence. C’est ta vision des choses, tes critères, tes envies, tes besoins.

Si l’autre ne correspond pas, on va souvent blâmer l’autre, lui dire que ce n’est pas normal et qu’il doit donc changer.

Quelles conséquences ?

  • Tu risques d’attendre longtemps. Si l’autre ne considère pas que ce qu’il est, comme étant un problème alors il n’a pas de raisons de changer.
  • Tu risques d’être mal reçu. Demander à quelqu’un de changer n’est jamais simple. Bien évidemment, cela dépend aussi de la personnalité de l’autre, de là où vous en êtes dans votre relation, de la manière dont tu demandes..

Souvent cela génère des tensions et des conflits. Pour celui qui vit mal d’être pointé comme ayant un problème et pour l’autre qui est insatisfait et qui attend un changement.

Et l’étape d’après ?

Une fois que l’on compris que ce n’est pas l’autre le problème mais bien soit qui n’est pas satisfait tout n’est pas réglé. On reste avec une insatisfaction.

Deux options :

  • Soit l’autre veut que les choses aussi. Vous êtes sur la même longueur d’onde et vous avez tous les deux envie de changement. (Même si ce n’est pas pour les mêmes raisons)
  • Soit l’autre ne le souhaite pas. L’autre n’a pas envie de changer, de s’impliquer dans un changement.

Si c’est le cas, alors c’est là que les choses se compliquent. Comment est-ce que l’on fait pour se sentir bien dans son couple et dans sa relation, alors qu’il y a des choses qui ne me conviennent pas?

Si ce sujet t’intéresse, c’est ce dont je parle dans l’épisode de Podcast de la semaine prochaine.

Et voilà, j’espère que cette nouvelle approche sur les bases de la relation de couple vous plait. Si c’est le cas, dites le moi dans les commentaires !

Si tu es en couple et que tu souhaites continuer à travailler ton développement personnel en douceur, je t’invite à t’inscrire à mon challenge gratuit : Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Envie d’une bulle de reconnexion ?

C’est la rentrée !

Pour certains ça fait déjà une semaine. Les vacances sont loin, les tensions dans le couple qui s’étaient apaisées reviennent. Je suis sûre que tu es déjà fatigué et tu regarde quand seront les prochaines vacances.


Stop. Pause.

Et si on prenait le temps ? Dans cet article, je te propose de ne pas t’engouffrer tête baisée dans ton quotidien mais de véritablement prendre un peu de temps pour toi. Ça te dit une petite bulle rien que pour toi?
Oui ? Alors on est partis!


La puissance de l’Ici et le Maintenant.

Je sais bien que dit comme ça, on croit à un truc un peu perché mais je t’assure que c’est LA BASE.

Pour créer cette bulle où tu te concentres sur toi, il faut te ramener dans l’ici et le maintenant. Ne sois pas parasité par ce qui va se passer dans une heure, ou la galère que tu as eu ce matin en allant au boulot.

Non. Ici et maintenant. Demande toi :

  • Comment je vais? (Pas dans ta vie en générale mais là, tout de suite).
  • Comment je me sens ?
  • Comment je veux me sentir?

C’est un exercice à faire au quotidien. C’est clairement une manipulation de ton cerveau. Si tu lui répètes chaque matin que tu veux te sentir dynamique, alors il va finir par s’en imprégner et tu vas pouvoir modifier ton énergie.

Pour cet exercice c’est aussi important d’être dans son corps, quelles sensations tu éprouves? Est-ce qu’il y a des zones de tensions?

Les questions à se poser et la connexion à ton corps participe à faire un check up de la où tu en es.

Un petit bilan?

Je sais que tu n’es pas fan des bilans. On aime pas trop prendre le temps de regarder en arrière, de se rappeler ce qu’on avait dit qu’on ferait… et que souvent on a pas fait…

Mais j’ai envie de t’en parler parce que c’est essentiel si tu veux mettre en place des choses nouvelles dans ta vie. Si tu ne veux pas juste subir les jours qui passent. Si tu as envie d’avoir une vraie marge de manoeuvre il faut que tu ais des projets pour toi même.

Qu’est ce que tu te souhaites? Et une fois que tu as une envie, un objectif alors tu deviens chef de projet! C’est ton boulot de t’assurer que tout se passe bien.

Si tu veux commencer en douceur je t’invite à faire le bilan de ton été.

Qu’est ce que tu as envie d’en retenir de positif, qui a amélioré ton quotidien ?

Et quelles sont les expériences que tu ne souhaites pas reproduire ou que tu souhaites améliorer?

Je t’invite à prendre ce temps pour voir ce qui est important pour toi et te centrer dessus.

Tu fais quoi le 31 décembre 2020?

Pour finir, j’ai envie de te proposer un exercice de visualisation.

Si je te dis décembre 2020, qu’est ce que tu vois? Comment tu te sens?

Qu’est ce que tu as enfin réussi à faire? Quelle décision tu as enfin prise?

Et si la “toi” de décembre 2020 pouvait te dire sur quoi mettre le focus entre maintenant et la fin de l’année ; ce serait quoi?

Bon je pense que si tu prends vraiment le temps de faire ces trois exercices tu auras réussi à créer cette bulle pour te recentrer sur toi.

Je te rappelle les trois clés pour créer cette bulle :

  • Comment je vais là maintenant?
  • Quel bilan de ces derniers mois?
  • Vers où je veux aller?

Une fois que tu as créé ta bulle, si tu as envie d’aller plus loin j’ai une proposition pour toi.

Si tu es en couple et que tu souhaites continuer à travailler ton développement personnel en douceur, je t’invite à t’inscrire à mon challenge gratuit : Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

HELP ! On arrive plus à se parler !

https://youtu.be/O8ASYIe9DOE
Pour ceux qui préfèrent la vidéo..

Est-ce que cela vous parle ?

“Il n’arête pas de se plaindre alors que JE fais tous les efforts”

“Je ne le supporte plus, dès qu’il ouvre la bouche, ça m’insupporte !”

“Je ne supporte plus aucune critique, cela me met tout de suite dans une colère folle”

“Je préfère me taire sinon, il va se vexer et il va faire la tête pendant trois jours”

Si cela vous parle, c’est que vous connaissez peut être des “difficultés de communication” dans votre couple. C’est que vos échanges, vos conversations ne sont pas toujours fluides, voire elle créent des tensions.

J’ai envie dans cet article de vous donner trois pistes pour commencer à inverser la dynamique relationnelle dans laquelle vous êtes.

Un désaccord n’est pas un problème.

Dans les couples que j’accompagne, je vois bien souvent que l’origine de leurs difficultés c’est un désaccord. L’un veut A, l’autre veut B.

C’est ce qu’on appelle un désaccord, vous ne voulez pas la même chose au même moment.

J’en profite pour rappeler que c’est normal, que c’est humain et que personne n’est d’accord sur tout, tout le temps.

Un désaccord exprime juste des besoins différents. Sauf que bien souvent, les couples n’aiment pas être en désaccord parce que c’est, disons le, parfois inconfortable à vivre.

Alors soit il y en a un qui masque son besoin. “J’ai dis que je voulais A ? Non, finalement je m’en fiche, c’est bon, je fais comme toi, prenons B.”

Ou alors il y en a un qui va chercher à imposer à l’autre son choix.

Et c’est là que ça devient compliqué.

Parce que si ton choix A est vraiment important pour toi et que tu t’assois dessus ; à un moment ce sera trop.

Et c’est là qu’on revient à nos phrases du début : “Il n’arête pas de se plaindre alors que JE fais tous les efforts”.

C’est ce sentiment de s’être “sacrifié pour l’autre”. J’avais des besoins que je n’ai pas écouté pour toi et en plus tu oses te plaindre ?

Bien souvent les choses se mettent en place progressivement, et donc c’est aussi progressivement qu’une autre dynamique peut s’installer. Mais OUI, une autre dynamique est possible !

As-tu les cheveux roses ?

Ne pars pas, c’est toujours moi ! Je n’ai pas perdu la tête.

J’utilise beaucoup cette métaphore quand les réflexions des autres nous mettent en colère, quand on ne supporte plus la moindre critique.

Si une copine te dis : “Oh tes cheveux roses c’est trop moche !”.

Mais si toi, tu n’as pas les cheveux roses. Tu vas te dire: “Elle délire ma pote ou elle est fatiguée?”

Est-ce que ça va te vexer ? Le plus souvent non, parce que tu sais que tu n’as pas les cheveux roses. Par conséquent, sa réflexion n’a pas de prise sur toi.

Par contre si cette même copine te dis: “Ils sont trop moches tes cheveux aujourd’hui”.

Et si toi même tu trouves que tes cheveux en ce moment c’est pas facile, et que tu aimerais aller chez le coiffeur mais tu n’as pas le temps ou pas l’argent.

Là, ça peut te vexer. Là, tu peux te remettre en question, te sentir mal ou en colère. Là, il y a une prise sur toi. Pourquoi ? Parce que ce qu’elle dit, tu y crois aussi un peu.

Pourtant c’est une réflexion, comme celle des cheveux roses. Mais, soit elle vient résonner sur un truc déjà sensible en toi ; soit non.

Donc quand tu ne supportes plus les remarques de ton partenaire, demande toi : Pourquoi ça me fait réagir? Est-ce que moi aussi je le crois un peu? Est-ce que ça vient s’ajouter à quelque chose de déjà sensible chez moi ?

Un peu de bienveillance ?

Pour finir je voulais vous donner un peu de bienveillance et vous parler “du choix du moins pire”.

Quand parfois on a envie de dire qu’on est pas d’accord mais on ne le fait pas parce qu’on a pas envie que l’autre se vexe ou se mette en colère.

Parce que oui, des fois ce n’est pas possible. Des fois, on a pas l’énergie ou c’est pas le bon moment pour subir l’autre qui boude pendant trois jours ou pour subir une énième dispute.

Alors votre cerveau prend une décision, parfois de manière instantanée : j’y vais ou j’y vais pas ?

Et votre cerveau prend la décision la mieux pour vous à ce moment là. Ton cerveau cherche à te préserver et à te protéger.

Mais c’est vrai que souvent, ça ne dure qu’un temps. À un moment tu peux avoir le sentiment d’un trop plein.

Ou tu peux aussi aspirer une relation que ne soit pas faite que de décisions “la moins pire”.

Si tu as envie de commencer à travailler sur la communication dans ton couple, j’ai créer un challenge gratuit pour ça : Les cinq clés pour améliorer la communication de ton couple.

Il sort officiellement le 04 septembre 2020 mais les membres de mon groupe Facebook privé et mes abonnés à mes mails privés peuvent déjà le commencer en exclusivité.

Si ça t’intéresse rejoins moi sur ma liste pour que je t’envoie mes mails privés : https://untempspournous.com/

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

La tendresse c’est avant ou après l’amour ?

Pour ceux qui préfèrent la vidéo..

Un peu de tendresse ?

Alors aujourd’hui on parle de la tendresse. C’est tout doux, tout mignon la tendresse, y’a rien à dire sur la tendresse ! Mais si, mais si, et vous allez voir c’est hyper intéressant.

Cet article c’est pour ceux qui ont envie d’approfondir leur relation de couple. Ceux qui n’ont pas forcément de grandes difficultés mais qui ont envie de mieux se comprendre, et mieux se connaître.

La tendresse c’est avant ou après l’amour ?

J’ai discuté avec pas mal de femmes et beaucoup me disent “Pour que je fasse l’amour, IL FAUT, qu’il y ait eu avant de la tendresse, et qu’on ne soit pas fâchés”.

Et j’ai discuté avec quelques hommes qui m’ont dit “Moi la tendresse, c’est après l’amour, j’ai trop envie de faire des câlins, de dire des mots doux, de parler pendant des heures”.

Vous commencez à comprendre le truc ?

Pour beaucoup de couple cette tendresse créer des enjeux de pouvoir et parfois des tensions. La sexualité pour avoir de la tendresse et la tendresse pour avoir de la sexualité.

Je pense que c’est aussi parfois des idées reçues mais je vous en reparle un peu plus loin.

La tendresse comme outil de communication et de désir

Pour ceux qui ont envie/besoin de tendresse pour avoir de la sexualité (le plus souvent les femmes mais pas que).

La tendresse est vraiment un outil précieux à utiliser dans votre relation. La tendresse peut être perçue comme un liant, comme une huile pour que la mécanique de votre relation fonctionne mieux.

Souvent les couples aujourd’hui se croisent. Un peu le matin, un peu le soir et de temps en temps ils font l’amour. Ces moments de sexualité sont des moments de connexion importants mais parfois ce sont les seuls. Parce que le reste du temps vous êtes au travail, ou avec les enfants et que vous n’avez pas la disponibilité pour connecter avec l’autre.

La tendresse peut alors être un moyen de vous connecter avec votre partenaire.

Et cela peut aussi être un moyen d’entretenir votre désir. Si vous avez besoin/envie de tendresse pour activer votre libido, cela vous permet d’entretenir des conditions favorables pour votre désir.

Et si on a pas envie de tendresse ?

Je trouve qu’il y a aussi beaucoup d’idées reçues sur la tendresse. Comme le fait que les femmes en ont besoin et que les hommes n’aiment pas trop ça.

Dans les faits, dans la pratique j’aime à dire qu’à la naissance, les bébés garçons aiment autant que les filles les câlins, et les marques d’affection en général.

Cette différence qu’on observe parfois se fait avec le temps, avec l’éducation, avec l’image sociale de ce que devrait être un homme. Et parfois, les hommes s’éloignent de leur envie un peu “primaire” de tendresse.

Et à l’inverse, l’image renvoyée aujourd’hui aux femmes c’est qu’elles aiment la douceur et la tendresse. Et qu’une sexualité sans tendresse c’est “du sexe pour du sexe”, et c’est mal vu.

Je vous invite à prendre conscience de ces carcans sociaux dans lesquels nous sommes et qui nous éloignent parfois de nos envies et nos désirs.

Une femme qui ne veut pas de tendresse n’est pas une s***** et un homme qui veut de la tendresse n’est pas “un fragile ou un soumis”.

PS : Si votre couple connaît actuellement une période de turbulences et que avez connu une infidélité, je propose des accompagnements. Et avant de se lancer, je propose une séance découverte gratuite. Pour plus d’infos : Séance découverte

Prenez soin de vous.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Retrouve mon challenge gratuit pour t’initier au développement personnel : https://untempspournous.com/challenge-mieux-se-connaitre/

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Mauvais amant ?

Je suis ravie de vous retrouver et de vous parler à nouveau sexualité. On parle aujourd’hui de ce sentiment qu’on a quand on a l’impression que l’autre est “pas terrible au lit”. Ce sentiment de frustration ou de penser que l’autre n’est pas à la hauteur.

Bref on fait quoi quand on l’autre n’est pas l’amant de nos rêves ?

Parfois il y a un décalage entre la sexualité qu’on pense pouvoir avoir avec l’autre et la réalité. “Il pourrait tellement être mieux ! “

Et si on arrêtait de penser que c’est l’autre qui a un problème ?

Je trouve que c’est parfois une attitude passive de se dire : il a un problème, c’est à lui de le régler, il doit faire ceci ou cela, …

Bien souvent, on se sort totalement de l’équation et c’est à l’autre de se débrouiller avec son problème ; ou plutôt avec ce qui nous pose problème.

C’est l’autre qui doit porter la frustration et la déception que l’on ressent.

J’entends aussi souvent : Mais moi je fais des efforts, moi je me renseigne, j’achète des bouquins… et lui ? Lui il est pas terrible et il ne fait pas d’efforts en plus !

J’ai envie d’attirer votre attention sur cette attitude. Si vous dites que cela ne va pas dans votre sexualité, c’est vous qui avez un problème, c’est vous qui avez envie de changement.

Mais si vous allez voir l’autre en lui disant : je ne suis pas satisfait, je veux que ça change alors change ! …

Vous imaginez bien que c’est pas les meilleures conditions pour amorcer un changement chez l’autre.

Cela est valable dans d’autres sphères de votre couple. Cette idée de “C’est l’autre qui dysfonctionne, c’est donc à lui de réparer”, n’apporte souvent que des tensions et des conflits. Vous risquez de vous épuiser et perdre votre temps à attendre que l’autre change.

Votre couple est un ensemble, une dynamique. Vous n’êtes pas seulement deux individus, vous formez un ensemble plus vaste : votre couple. Ce n’est pas l’autre qui a un problème mais bien votre couple qui a un problème. C’est la pratique de votre sexualité qui ne vous convient pas.

Et c’est donc bien ensemble que les choses se travaillent pour que la relation s’améliore.

Mieux se connaître plutôt que de focaliser sur l’autre

À mon sens, c’est plus constructif de définir ce dont on a envie et besoin plutôt que de dire que c’est l’autre qui fait mal.

Qu’est ce que vous aimeriez et que vous n’avez pas ? Qu’est ce que vous avez qui ne vous convient plus /pas ?

C’est important d’avoir une analyse plus fine que seulement un ressenti de “C’est pas terrible”. Et ensuite de communiquer avec son partenaire. À ce moment là vous sortez d’une attitude passive, d’attendre que l’autre fasse et vous proposez des choses, vous partagez vos besoins et vos envies.

C’est une toute autre dynamique !

Il est mauvais ou il a besoin d’être initié ?

J’ai rencontré des femmes qui au lieu de me dire que leur conjoint était mauvais m’ont dit qu’elles avaient dû l’initier.

Pour autant, c’est la même chose, au lit elles étaient insatisfaites. Mais leur état d’esprit était différent. Elles avaient envie de l’aider pour qu’il connaisse mieux leur fonctionnement, ce qu’elles aiment.

Elles ont pris le parti d’accompagner leur partenaire pour qu’ils trouvent ensemble des solutions pour qu’elles soient plus satisfaites.

Si tu veux aller plus loin, je t’invite à regarder la vidéo. J’y parle aussi d’incompatibilité.

Si vous avez envie d’aller plus loin à deux, si vous voulez être dans une démarche active pour améliorer votre sexualité et votre relation, je propose des accompagnements en ligne pour les couples.

Pour en savoir plus c’est par ici : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Prenez soin de vous.

Lucie, Thérapeute de couple

Infidélité. Comment pardonner ?

Pour ceux qui préfèrent la vidéo..

Infidélité. Comment pardonner ?

J’ai déjà fait une première vidéo sur l’infidélité que je vous invite à regarder pour commencer. Dans cette première vidéo je parle du ressenti juste après avoir découvert l’infidélité et des difficultés à s’écouter pour savoir si on pardonne ou pas.

Aujourd’hui, je vais un peu plus loin. Vous avez connu une infidélité et vous avez pris la décision de rester, de continuer, de pardonner.

Et beaucoup de personnes ont fait le même chemin que vous et certaines sont venus me voir en me demandant : Ok et une fois que j’ai pris la décision de pardonner, comment je fais ?

Pourquoi j’ai encore mal alors que j’ai décidé de pardonner ?

Après le choc, le tsunami de la découverte de l’infidélité, vous avez pris votre décision. Vous avez pesé le pour et le contre et vous avez décidé de rester. Vous vous êtes peut être dit que vous vouliez donner encore une chance à votre histoire, ou vous n’avez pas envie de remettre en question tout ce que vous avez construit.

Sauf que toutes ces réflexions ont été faites avec votre tête, c’est votre mental qui pèse le pour et le contre et qui s’en sert pour prendre une décision.

Mais vous n’êtes pas qu’une tête, vous êtes aussi un coeur, des tripes et pour les plus spirituels d’entre vous, une âme.

Alors oui, votre tête dit “On pardonne”, mais que dit votre coeur ? Et vos tripes? Et votre âme?

Bien souvent le temps est plus long pour accepter, pour pardonner, pour passer à autre chose que pour votre tête.

Les 3 étapes pour pardonner une infidélité.

Pour parler de l’infidélité, j’aime bien utiliser l’image d’une blessure.

  1. On nettoie la blessure.

C’est l’idée qu’il ne faut pas laisser d’impuretés (de non dits, d’incompréhensions). Alors c’est important de beaucoup se parler et que vous puissiez vraiment sortir de vous toutes vos émotions (tristesse, colère, rage, dégoût…)

Et c’est aussi important de poser les questions que vous avez besoin de poser. Qu’il ne reste pas de zones d’ombres et de doutes.

Je ferais quand même ici une précision. Parfois, on a tendance à poser milles fois la même question, sous un autre angle ou de manière détournée. Et quand on voit une incohérence, alors on se jette dessus “Ce n’est pas ce que tu m’as dis quand je t’ai posé la même question il y a deux jours, comment je peux te faire confiance ?”.

Souvent, on pense que quand on dit la vérité, alors si on nous pose vingt fois la même question on répondra la même chose. Ce n’est pas aussi simple que cela. L’autre, qui a été infidèle, qui craint de vous perdre, qui a peur de vous blesser davantage, se met beaucoup de pression pour vous répondre. Il peut aussi s’énerver des mêmes questions qui reviennent. Et à force de répéter encore et encore, en donnant toujours plus de détails, il y a parfois des incohérences, des confusions. Et ce n’est pas forcément le signe d’un mensonge.

2. On met un pansement.

Mettre un pansement peut prendre plusieurs formes, mais l’objectif c’est de solidifier pour que la guérison se fasse. Avec les couples que j’accompagne, on parle de réengagement et de pardon.

Se réengager, c’est l’idée de se choisir à nouveau, maintenant, après l’infidélité. “Je te choisis à nouveau et tu me choisis à nouveau”. C’est l’occasion aussi de rappeler ou modifier les “termes de votre contrat de couple”. Qu’est ce que tu t’engages à respecter ?

Et l’idée du pardon c’est d’arrêter d’en vouloir à l’autre. C’est tirer un trait sur ce qui s’est passé. Ce n’est pas oublier mais c’est arrêter de le reprocher.

3. On attend que ça cicatrise.

Même si c’est difficile à entendre pour ceux qui le vivent, le temps est votre allié. La plaie est à vif dans les débuts, puis moins douloureuse, et à la fin il ne reste qu’une cicatrice.

Dans l’attente que ça cicatrise, je vous encourage à ne pas toucher au pansement toutes les dix secondes. On n’en parle pas toutes les semaines, et on ne le balance pas à l’autre dès qu’il dit un truc qui ne vous convient pas.

Enfin, le dernier point, il faut accepter que l’on va vivre quelques temps avec une confiance en l’autre bancale. C’est évident, que votre confiance ne va pas apparaître d’un coup un matin. Elle a été mise à rude épreuve et elle va devoir se restaurer progressivement.

C’est donc normal si dans les débuts vous êtes plus méfiant, sur la réserve, et peu rassuré. Cela fait parti du processus.

Bon, je sais que le sujet n’est pas très drôle aujourd’hui, mais c’est important pour moi d’en parler. Pour rassurer les couples qui font le choix d’avancer quand même, qui souhaitent dépasser cette épreuve et qui se sentent souvent bien seuls pour le gérer.

PS : Si votre couple connaît actuellement une période de turbulences et que avez connu une infidélité, je propose des bilans de couple. C’est une séance qui dure 1h30 à faire seule ou en couple. On y aborde toutes les sphères de votre couple et on peut prendre le temps de faire un focus sur cette épreuve que vous avez vécu. Contactez moi pour plus d’infos.

Prenez soin de vous.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

La première vidéo sur l’Infidélité : https://youtu.be/tpTDVaO4Ds0

Retrouve mon challenge gratuit pour t’initier au développement personnel : https://untempspournous.com/challenge-mieux-se-connaitre/

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Pourquoi on a honte d’avoir des problèmes de couple?

Pour ceux qui préfèrent la vidéo..


Souvent, on me dit que ce n’est pas le moment pour se lancer dans un accompagnement pour son couple. Ou qu’on a envie de le faire tout seul, “Non, non, on va se débrouiller”.

On a pas de problème avec l’idée d’un coach sportif pour perdre du poids ou prendre du muscle. On reconnait qu’il a une expertise et on a pas honte qu’il nous aide à améliorer l’efficacité de nos actions. On comprend bien que c’est nous qui allons faire le boulot et transpirer mais on comprend qu’avec un coach sportif on ira plus vite et on sera soutenu.

Mais pour son couple c’est pas pareil, on se dit qu’on devrait être capable de faire seul. On pense que ce serait “mieux” si on y arrive seul.

Non, ce n’est pas inné de savoir s’occuper de son couple.

J’ai toujours trouvé que c’était surprenant que l’on ai aucune sorte de “formation” pour son couple. Alors que c’est souvent, l’une des relations les plus importantes de sa vie.

Auparavant, dans les temps anciens comme on dit, les transmissions familiales étaient plus présentes. Les jeunes garçons et les jeunes filles étaient initiés par leurs parents ou par les adultes autour d’eux sur la vie de couple, la sexualité.

Aujourd’hui les transmissions familiales sont plus rares, on parle moins de ces choses là, dans nos sociétés modernes qui se disent pourtant de plus en plus libérées.

Et dans les temps anciens, on reproduisait le schéma parental, sans trop se poser de questions. Aujourd’hui, les individus pensent de plus en plus par eux mêmes et s’éloignent parfois des valeurs et des idées parentales.

Alors comment on fait si on a pas eu de transmissions familiales ? Et comment on fait si on en a eu mais qu’on est pas d’accord et qu’on veut faire autrement ?

C’est une des raisons profondes qui font que je fais ce métier, j’ai vraiment à cœur de désacraliser les relations de couple, de dépoussiérer toutes ces croyances anciennes.

Les couples modernes ont soif de se connaître et de se comprendre d’avantage. Ils veulent apprendre de nouvelles choses et acquérir de nouvelles compétences et connaissances.

Certains ont aussi envie d’optimiser leur relation et leurs échanges. Ils veulent devenir des “experts” de leur relation, pour la nourrir et vivre quelque chose de plus intense.

Dans mes contenus, je cherche vraiment à vous aider à apprendre à prendre soin de votre couple.

Décomplexons les problèmes de couple !

Vous êtes deux êtres humains différents, vous n’avez pas la même éducation, pas la même manière de voir les choses et des besoins différents.

Et vous prenez la décision de vivre ensemble, puis par la suite d’avoir des enfants. Vous devez donc vous mettre d’accord sur le quotidien, sur l’éducation des enfants, …

C’est à mon sens normal, qu’il y ait des moments où ça ne fonctionne pas, ou que ça fonctionne seulement un temps.

Vous n’êtes pas la même personne à 20 ans qu’à 35 ans. Vos besoins, vos envies, et votre quotidien est souvent très différent.

Ce qui fonctionnait au début de votre relation ne fonctionnera sans doute pas, dix ans après.

Cela ne veut pas dire qu’il y a un dysfonctionnement, que vous faites mal les choses, que vous ne vous aimez plus assez l’un l’autre.

Vous êtes juste deux être humains qui cherchent à s’harmoniser.

PS : Si votre couple connaît actuellement des difficultés de communication ou si vous avez envie d’améliorer la qualité de vos échanges, restez connectés ! Je vais sortir très bientôt un challenge gratuit Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Abonnez vous à mes mails privés pour ne pas rater la sortie : https://untempspournous.com/

Prenez soin de vous.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Comment reprendre une vie sexuelle ?

Pour ceux qui préfèrent la vidéo..

Nouvel article sexo aujourd’hui.

Les pauses dans la vie sexuelle d’un couple sont assez fréquentes en réalité même si personne n’en parle..
Après une longue période de tensions, après l’arrivée d’un enfant, après une infidélité ou juste comme ça ; beaucoup de couples traversent des périodes sans relations sexuelles.
Et c’est pas toujours simple de s’y remettre !


Dans cet article et la vidéo associée, je vous donne des pistes pour sortir de l’impasse :


Ouvrir le champ des possible.

Non, la sexualité n’est pas que pénétration. Quand il ne s’est rien passé depuis des mois, je préconise plutôt une reprise par étape. On parle alors plutôt de massages, de caresses, de déclaration, de messages ou lettres romantiques. L’idée est de renouer avec son désir, de retrouver le corps de l’autre, mais aussi se familiariser à nouveau avec le fait d’être regardé, caressé.
Il est aussi très important d’échange sur ses craintes, ses envies, ses besoins. Et de le faire en amont. Pour ne pas créer de déceptions ou d’incompréhensions.

On accepte que ce sera sans doute pas la meilleure relation sexuelle de sa vie

Il y a cette croyance populaire que c’est comme le vélo. J’ai envie de répondre oui et non ! Bien évidemment que coté pratique, une fois que vous savez comment ça marche, vous ne pouvez pas le désapprendre. Mais les corps peuvent être rouillés, ou tendus. Il peu y avoir beaucoup de pressions et d’attentes. On peut parfois se sentir gauche, maladroit et c’est normal.

À mon sens l’idée est vraiment de rechercher la connexion avec l’autre et pas la performance. Cela veut dire pas d’obligation d’aller au bout, pas d’obligation d’atteindre l’orgasme.

PS : Si votre couple connaît actuellement une période de turbulences et que la sexualité est compliquée, je propose des bilans de couple. C’est une séance qui dure 1h30 à faire seule ou en couple. On y aborde toutes les sphères de votre couple et on peut prendre le temps de faire un focus sur votre sexualité. Contactez moi pour plus d’infos.

Prenez soin de vous.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Retrouve mon challenge gratuit pour t’initier au développement personnel : https://untempspournous.com/challenge-mieux-se-connaitre/

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Quand l’autre va mal ..

Je peux pas le quitter maintenant… c’est pas le moment… il va pas bien..

Hello à tous,

Quand on est en couple, fatalement, il arrive un moment où l’autre va mal. Cela va de la petite déprime passagère, à la maladie. Cela peut durer quelques semaines ou quelques années.

Comment on fait quand l’autre va mal ? Comment on trouve sa place ? Et comment on fait quand on a envie de se séparer de quelqu’un qui va pas bien ?

Je réponds à toutes ces questions dans cette vidéo.

Ce que tu vas trouver dans cette vidéo :

  • Pourquoi tu dois parfois laisser l’autre ressentir du négatif ?
  • Comment trouver sa place ? Le juste milieu entre “c’est pas mon problème” et je suis son infirmière à domicile.
  • Oser parler de ses limites.
  • Et si je veux me séparer ?

Envie d’en savoir plus sur ton couple et son fonctionnement ? J’ai réalisé une vidéo exclusive où je te détaille les différentes phases d’un couple et les répercussions sur la relation. Elle s’appelle Les saisons du couple.

Le lien pour la recevoir est juste ici : https://untempspournous.com/

Je n’ai jamais eu d’orgasme. C’est grave ?

Alors aujourd’hui on aborde un sujet tabou. L’orgasme ou plutôt l’absence d’orgasme !

Sujet touchy et tabou au possible mais qui concerne beaucoup de monde.

Dans nos sociétés actuelles, l’orgasme, la jouissance sexuelle, est mise en avant. Et pour toutes les femmes qui ne se reconnaissent pas dans cet idéal de femme à la sexualité épanouie et bien y’a pas grand chose..

Ce qui entraîne des tabous, des non dits, des secrets. Certaines femmes n’ont pas d’orgasmes et n’en parlent ni à leur partenaire, ni à leurs amies, ni à leur gynéco…

Bref tu imagines ce sentiment de solitude ? Cette impression d’être anormale ? De passer à coté de quelque chose ?

Spoiler alert : Tu n’es rien de tout ça. Tu n’es ni seule, ni anormale, ni à coté.

On en parle aujourd’hui dans cet article. Je vais te proposer un peu de théorie et ensuite je te donnerai trois pistes pour sortir de cette impasse.

Un peu de théorie.

Rassure toi je ne vais pas te donner un cours d’anatomie ni te donner des tonnes de détails. Mais pour moi il y a DEUX trucs importants que j’ai envie de te transmettre :

  • Clitoris, Clitoris, Clitoris !!!

Dans le langage courant, on parle d’orgasme vaginal ou clitoridien. Mais il est de plus en plus reconnu que l’orgasme vaginal est en réalité dû à une stimulation du clitoris.

Notre organe du plaisir, à nous les femmes, est notre clitoris. L’orgasme proviendra suite à une stimulation directe ou indirecte du clitoris.

Et c’est pour ça que pour de nombreuses femmes, une “simple” pénétration, sans stimulation de leur clitoris en même temps, ne va pas amener vers l’orgasme.

Ça c’est la théorie. Mais dans la pratique c’est plus varié. Pour certaines femmes, c’est très sensible et il faut plutôt stimuler les contours du clitoris. Pour d’autres, il faut y aller plus franchement et plus longtemps. Trouve ce qui fonctionne chez toi.

Comment ? En essayant pleins de choses : stimulation directe ou indirecte, en carressant, en frottant, doucement, rapidement, avec un object..

Aujourd’hui on parle aussi beaucoup du Tantra qui évoque la possibilité d’avoir des orgasmes avec toutes les zones érogènes du corps, comme le cou ou les cuisses..

À mon sens, ce sont des pratiques plus avancées et je préconise de commencer par jouer avec son clitoris quand on connait pas ou peu l’orgasme.

  • Orgasme ou orgaste ?

Cette approche m’a été enseignée lors de ma formation de Conseillère Conjugale et Familiale. C’est l’approche Sexocorporelle qui me parle beaucoup.

On y fait la différence entre l’orgasme et l’orgaste. L’orgaste, c’est la décharge musculaire qui est ressentie lors de la stimulation génitale. Pour l’homme c’est souvent au moment de l’éjaculation ; pour la femme ce sont les spasmes.

Mais cette décharge musculaire n’entraine pas forcément de plaisir. C’est plutôt une réponse réflexe à une stimulation.

C’est pour cela que certaines personnes peuvent avoir un orgaste pendant un viol. Ce qui est très confusionnant pour les victimes qui culpabilisent en pensant avoir “aimé” ça. MAIS NON, ce n’est qu’une réaction réflexe du corps.

Alors que l’orgasme, lui, est la combinaison d’un orgaste et de plaisir. Et pour atteindre ce plaisir et donc cet orgasme, il est nécessaire d’être dans un lâcher prise, de se détendre, de laisser venir plutôt que de crisper, tendre ou bloquer.

Et bien souvent, cet état de lâcher prise est difficile. Beaucoup de femmes, lorsqu’elles font l’amour, ne sont pas 100% connectées. Elles pensent à la tonne de choses à faire après, à la journée qui a été difficile… Pour atteindre cet état de lâcher prise et l’orgasme, il faut être là, dans l’ici et le maintenant.

Concernant l’auto sexualité (la masturbation) c’est la même chose. Tu peux atteindre l’orgaste ou l’orgasme en fonction de ton état d’esprit. Ton corps doit être détendu, tu dois être connectée.

Quelques pistes pour sortir de l’impasse.

  • C’est un problème pour qui ? J’aime bien poser cette question. À mon sens, il est tout à fait possible d’avoir une sexualité qui te plaise, qui t’apporte du plaisir, sans orgasme. Peut être que si tu t’enlèves cette pression autour de l’orgasme, tu seras plus détendue et tu prendras plus de plaisir dans ta sexualité actuelle. Et qui sait ? Ton corps détendu et ton lâcher prise te guideront peut être vers des orgasmes..

  • Il n’y a pas que la pénétration dans la vie. On ne le dit pas assez mais c’est essentiel ! Bien trop de couples fonctionnent sur ce schéma et on le sait il n’est pas centré sur le plaisir féminin. La pénétration ne résume pas la sexualité ! Pourquoi ne pas proposer de temps en temps d’avoir une relation sans pénétration. Pour voir? Pour essayer?

  • Et si tu en parlais à quelqu’un ? Si tu le vis mal, si tu as le sentiment qu’il y a autre chose derrière comme une expérience de vie douloureuse ; une mauvaise estime de soi ; une relation compliquée avec ton partenaire ; je t’invite à prendre contact avec un professionnel. Et tu as l’embarras du choix : un psychologue, un sexologue, ou une conseillère conjugale. Tu trouveras le professionnel qui te convient pour t’accompagner.

Et si tu veux en parler avec moi c’est possible. Moi je propose des accompagnements en ligne pour les couples et les femmes. Je te laisse découvrir mon travail juste ici : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/