Pourquoi je n’arrive pas à le quitter ? | 4 réponses à méditer

Dans cet article, on va discuter de rupture amoureuse, parce que c’est un sujet qui parle à beaucoup de monde et que je trouve hyper intéressant ! C’est une décision difficile, de quitter son partenaire. Lors de mes thérapies de couple, j’entends beaucoup de doutes, que tu ressens peut-être toi aussi. « Alors que je ne me sens pas bien, alors que je ne me sens plus amoureuse, je n’arrive pas à romprePourquoi je n’arrive pas à le quitter ? » Je te propose 4 réponses, qui peuvent correspondre à ta situation, dans cette période entre le moment où tu te rends compte que ça ne va pas dans ton couple, et celui de ta prise de décision ou de ta mise en action. C’est une période souvent longue et compliquée, avec laquelle on a du mal à se dépatouiller, sur laquelle on ne met pas suffisamment de mots. Avec cet article, en tant que thérapeute de couple, j’ai envie de t’apporter de la bienveillance dans ce que tu traverses.

1. Ta rupture amoureuse n’implique pas seulement de quitter l’autre

Pourquoi je n’arrive pas à le quitter ? Pourquoi est-ce si compliqué de partir ? La première réponse que j’ai envie d’apporter, c’est que c’est dur parce qu’il ne s’agit pas « juste » de partir. Il y a aussi une notion de deuil, et j’ai envie qu’on s’en parle, parce que c’est important. Quand tu quittes quelqu’un, c’est aussi à une partie de toi que tu renonces. Tu renonces à celle que tu es, à celle que tu étais avec l’autre. Ce n’est pas évident, de laisser aller cette partie de soi, parce que cette femme que tu étais avec l’autre est unique. Je crois vraiment qu’il y a une partie de nous qui est « nous » de manière intrinsèque, quelles que soient les personnes autour de nous, mais qu’il n’y a pas que ça. Je trouve que nous sommes aussi des personnes différentes, qui reflètent un peu, quelque part, l’environnement dans lequel nous nous trouvons. Les autres, autour de nous, mettent en avant certaines facettes de nous. Dans mes accompagnements, j’entends souvent des femmes qui me disent : « Je ne comprends pas, avec quelqu’un d’autre je suis complètement différente. » J’ai envie de répondre que non, pas forcément. C’est aussi toi, mais la personne en face met en avant, reflète, fait ressortir une autre partie de toi-même. Cela est vrai aussi dans le couple : avec la personne qu’on choisit, il y a cette alchimie particulière qui nous fait nous refléter plutôt comme ça ou plutôt comme ci. Cette partie de toi, cette alchimie-là, celle que tu es au travers de cette relation, c’est aussi son deuil à elle qu’il est important de faire, lors d’une rupture amoureuse. De plus, au fil des mois ou des ans, tu as pu te montrer un peu vulnérable, confier des doutes et des choses un peu compliquées de toi-même. Au final, tu as déposé une partie de toi auprès de cette personne, dans ce couple. C’est aussi une partie de ton histoire et c’est aussi à ça que tu renonces lors d’une séparation. Tant que vous êtes ensemble, ça continue d’être là et d’exister, mais quand tu le quittes, il faut dire au revoir à tout ça. 

Voilà ce que j’avais envie de rappeler pour commencer cet article. La séparation, ce n’est pas seulement faire un trait sur une histoire et passer à autre chose. Il y a des choses qui ne partent pas avec nous, il y a des choses qui s’éteignent avec la relation et ce n’est pas forcément facile de leur dire au revoir. 

2. Tu n’arrives pas à le quitter parce que tu vois ça comme un échec

Une deuxième raison qui fait que ça peut être compliqué de quitter quelqu’un, c’est que c’est vu comme un échec. Il y a une notion très présente de remise en question. Même si je le dis, et je ne suis pas la seule : je ne pense pas que ce soit un échec, que d’avoir une relation qui se termine. Mais il faut en parler, car c’est spontanément à ça qu’on pense. Toutes les femmes que je rencontre me le disent. Au début en tout cas, à la fin elles ont un autre discours, mais au début il s’agit vraiment de ça : « Je n’ai pas réussi quelque chose, je me suis investie, j’ai choisi cet homme, j’ai construit quelque chose avec lui, j’ai cru à notre histoire et je me suis trompée, je n’aurai pas dû, c’est un échec. » Ainsi, le fait d’officialiser la séparation, le fait de prendre une décision, c’est aussi mettre en avant cet échec. Si tu te demandes « Pourquoi je n’arrive pas à quitter l’autre ? », c’est peut-être parce que tu as l’impression qu’une rupture amoureuse est un échec. Dans ce cas, forcément, tu as un peu du mal à admettre cette séparation. Et une fois que tu l’as admise, l’officialiser, le dire à tout le monde, c’est encore une autre histoire. 

Derrière cette peur de l’échec, se cachent souvent beaucoup de doutes également et c’est aussi cela qui demande du temps et qui va faire qu’il s’agit vraiment d’un chemin. J’accompagne régulièrement des femmes qui sont dans le doute pendant des mois et des mois et des mois. Le fait de dire à l’oral, de dire à quelqu’un « j’ai pris ma décision », c’est déjà un peu l’officialiser. Quand toi-même tu es bourrée de doutes et d’incertitudes, alors c’est compliqué d’avoir une position officielle et affirmée. Quand t’es bancale, quand t’es dans les hésitations, c’est encore plus compliqué, de venir te mettre en avant et de mettre en avant ce que tu estimes être un échec. 

C’est aussi ça, qu’il y a parfois derrière les prises de décisions qui prennent du temps. C’est pour ça que je t’invite à travailler sur cette vision de l’échec, qui, soyons honnêtes, ne te mènera à rien, à part te faire culpabiliser, ralentir ta prise de décision, voire, parfois, rester malheureuse plus longtemps. J’entends parfois des femmes me dirent qu’elles sont restées des mois, parfois des années, alors qu’elles savaient que ce n’était plus ce qu’elles voulaient. Elles sont restées dans ce couple qui ne les rendaient plus heureuses, parce que c’était difficile de le dire et de l’officialiser. 

Si tu es déjà fragilisée, déjà fatiguée par ce que tu vis, alors, supporter, en plus, l’idée d’un échec et la remise en question de toi-même qui va de pair, c’est compliqué. « Qu’est-ce que j’ai raté ? Qu’est-ce que j’aurais dû faire autrement ? »… Je comprends que tu ne cours pas après ça et que ça prenne du temps !

3. Tu cherches à prendre LA bonne décision, au lieu de chercher ce que tu veux

Le troisième élément de réponse possible à ce « Pourquoi je n’arrive pas à le quitter ? » dont j’ai envie de te parler, c’est que les gens, et donc peut-être toi aussi, sont souvent à la recherche de LA bonne décision. Quand c’est difficile de prendre une décision, que ce soit une décision de séparation ou non, c’est souvent parce qu’on attend en espérant trouver LA bonne décision. Pourquoi ? Parce qu’on ne sait pas ce qu’on veut. Quand les personnes que j’accompagne me demandent : « Comment je sais que je devrais le quitter ? », je réponds qu’ « il n’y a que toi qui sait. » Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision, il n’y a pas de « il faut » ni de « il ne faut pas ». La vie ne fonctionne pas comme ça et personne ne peut te donner de réponse magique. Ça part de toi, de ce que toi tu veux. Malheureusement, tu ne sais pas exactement ce que tu veux, n’est-ce pas ? Sinon, tu aurais déjà pris ta décision ! 😉 Comme tu es incapable de savoir ce que toi tu veux, à te centrer sur toi, alors tu réfléchis à ce qu’il faudrait faire. Partir à la recherche de ce « il faut » est, à mon sens, un leurre, parce qu’il n’y a aucune réponse universelle. Il n’y a pas de « il faut » dans des situations comme ça. Il n’y a aucune certitude. Tu n’es pas devin, je ne suis pas devin, personne ne l’est. Personne ne pourra te dire si le quitter est la bonne solution, ou si rester est la bonne solution. C’est l’avenir qui te le dira. J’ai même envie de dire que l’avenir lui-même est incertain, car parfois tu prendras une décision qui te semblera évidente… Et puis finalement, le temps passant, tu te finiras par voir les choses totalement différemment. Par exemple : tu le quittes, sans hésiter, parce que tu es très malheureuse. Puis il t’arrive des misères dans ta vie, tu te retrouves encore plus malheureuse et tu te dis que tu n’aurais « jamais dû le quitter ». Ou, à l’inverse, tu vas hésiter pendant des années à le quitter, finalement tu vas rompre, en ayant peur, et puis tu vas rencontrer quelqu’un d’autre et ce sera super. Là, tu te diras « Olala, pourquoi je ne l’ai pas quitté avant, ça a été la meilleure décision de ma vie, j’aurai dû le faire plus tôt ! » Comment pourrais-tu savoir cela, au moment où tu prends ta décision ? Tu ne peux pas le savoir, si bien que, bien souvent, ne sachant pas ce que sera l’avenir, tu essaies de détricoter le truc, de te faire des nœuds au cerveau, en réfléchissant à toi, aux enfants, à ce que vous avez vécu, etc. Bref, ça prend tout de suite des proportions énormes, parce que tu essais de prendre LA bonne décision. 

Si tu es aux prises avec ce type de fonctionnement, je t’invite à te centrer sur ce que toi tu veux, plutôt que sur la recherche de la bonne décision. Si tu ne sais pas ce que tu veux, c’est là-dessus qu’il te faut travailler. Travaille ta relation à toi, afin d’être capable de dire ce que tu veux maintenant et d’être suffisamment armée, d’avoir suffisamment confiance en toi pour pouvoir officialiser ce que toi tu souhaites. Cela, bien sûr, en ayant conscience que c’est ce que tu veux à un instant T, parce que tu connais les informations auxquelles tu as accès aujourd’hui. Je sais que ce n’est pas une mince affaire, mais selon moi c’est important ! 

4. Tu n’as pas terminé de faire le tour des possibilités

Enfin, la dernière notion que j’ai envie d’aborder avec toi – et sur laquelle je reviendrai sans doute dans un autre article 😉 – c’est l’idée de « fermer les portes et d’abaisser les barrières ».

Fermer les portes 

Je trouve qu’on ne communique pas assez là-dessus, sur ce travail qui consiste à « fermer les portes », qu’on retrouve dans les prises de décisions de manière générale et que j’observe énormément dans les couples que j’accompagne. Quand je parle de fermer les portes et d’abaisser les barrières, il s’agit, en résumé, de faire le tour des possibilités existantes. Peut-être que si tu n’arrives pas à prendre la décision de la rupture amoureuse, c’est parce qu’il reste des portes ouvertes : « et si je tentais ça… », « et s’il arrêtait ci… », « et si on essayait cela… ». Toutes ces portes sont des possibilités, à cause desquelles il est compliqué de prendre la décision de la rupture, parce qu’il y a pleins d’autres chemins qui existent. 

J’ai récemment expérimenté cela avec un couple que j’ai accompagné. Travailler sur leur couple avec un thérapeute, c’était une porte qui était encore ouverte. C’était compliqué, ils ne savaient plus où ils en étaient, ils pensaient à la séparation, mais ils avaient envie d’aller au bout de ce qu’il était possible de faire. Ils ont donc pris contact avec moi, pour fermer également la porte « travailler sur leur couple ». L’image que j’essaie de te faire passer, c’est vraiment celle d’un couloir, dans lequel tu fermes les portes progressivement : « ça on a essayé, ça on a essayé… ». À la fin, il n’en restera qu’une. Les femmes que j’accompagne me le disent souvent, qu’elles ont l’impression, pour l’instant, que la séparation n’a pas la seule option qu’elles ont. Elles éprouvent le besoin d’aller « fermer les portes », qui sont encore envisageables. Je suis OK avec ça, c’est normal, cela fait partie du chemin. Bien sûr, plus il y a du passé, plus il y a d’affection, plus il y a des éléments en jeux comme les enfants, la maison, etc., plus ça prendra du temps, de fermer toutes les portes, et surtout, plus tu ressentiras ce besoin de toutes les vérifier, une par une, avant de les fermer. 

Abaisser les barrières

Ça c’est pour les portes à fermer, mais j’ai aussi parlé de barrières à abaisser. Bien souvent, entre toi et la prise de décision, il y a de multiples barrières qui se dressent. Dans le cadre d’une séparation, ce sont notamment toutes les inquiétudes que tu peux avoir, de ne pas y arriver seule, de ne pas savoir gérer les démarches, de te retrouver célibataire, etc. Avec le temps, tu vas travailler sur toi et ton mental va apporter des solutions. Tu vas pouvoir abaisser les barrières et te rendre compte que tu peux gérer seule. Une fois cette inquiétude-là passée, d’autres viendront peut-être, par rapport à ta situation financière, au logement qu’il va falloir trouver, au déménagement, à ce qu’il va falloir racheter, etc. Ces barrières-là seront plus ou moins longues à abaisser, mais progressivement, ton mental va t’apporter des solutions. Je pourrais citer d’autres barrières courantes, comme le fait de te retrouver célibataire, voire mère célibataire, comme le fait, comme je le disais plus haut, de devoir officialiser et en parler à ta famille, tes amis, tes enfants, etc., la notion d’échec… Tout ça, ce sont des barrières qu’il va te falloir abaisser. Une barrière très fréquente et particulièrement compliquée est celle des enfants : « Ce n’est pas ce que je voulais pour mes enfants », « Je voulais une famille unie », « Je ne veux pas être mère célibataire », etc. Certaines mères ont elles-mêmes un parcours compliqué, une enfance difficile avec des parents séparés et elles sont pleines de peurs de faire vivre cela à leurs enfants, elles ont peur de reproduire des schémas familiaux. Mais là encore, si tel est ton cas : avec du temps, tu réussiras à abaisser cette barrière. 

Je pourrais continuer longtemps, à donner des exemples de portes à fermer et de barrières à abaisser. Ce que je veux que tu comprennes, c’est que, progressivement, tu feras ce chemin, jusqu’à la séparation… ou pas ! Parfois, la dernière porte est la bonne, la dernière tentative fonctionne et il n’y a pas de rupture ! Je vois parfois des couples qui me viennent me voir, pour lesquels une thérapie de couple est vraiment la dernière tentative, et pour lesquels ça fonctionne. Et c’est merveilleux ! D’autres fois, cela ne fonctionne pas, mais c’était nécessaire de prendre le temps de vraiment fermer cette porte, et c’est aussi une bonne démarche. Ce travail, de fermer les portes et d’abaisser les barrières, il peut prendre du temps, beaucoup de temps. Ça peut être quelques jours, quelques semaines ou plus, mais quoiqu’il en soit, je t’invite à être bienveillante avec toi-même pendant cette période et à prendre le temps dont tu as besoin. Et si jamais le quitter s’avère être la bonne solution, je te conseille cet article sur la rupture, pour t’aider à en faire une période enrichissante. 

J’espère que cet article t’aura aidée ! Si, malgré tout tu ressens le besoin d’être accompagnée dans cette période compliquée de ta vie, réserve ta séance avec moi juste ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *