Il ne sait pas ce qu’il veut | 3 conseils pour rester sereine

Il ne sait ce qu’il veut avec toi, il ne sait pas s’il désire poursuivre l’aventure de votre couple ou la quitter et tu demandes comment gérer, comment te comporter avec un homme indécis ? En tant que thérapeute de couple, je t’assure que les phases d’attente sont très fréquentes dans les relations amoureuses. Il peut s’agir de cette période où ton partenaire est perdu entre l’envie de continuer et l’envie d’arrêter, ou, par exemple, ce moment après une rupture, où il t’a quittée mais qu’il reste encore une porte ouverte… Je te propose 3 conseils pour tâcher de prendre soin de ton couple et de toi dans ces moments où tu attends que l’autre comprenne, que l’autre réfléchisse, que l’autre ait pris sa décision.

1.      N’écoute pas le discours ambiant s’il ne te correspond pas

On peut choisir de partir et de refuser d’attendre l’autre

Le discours ambiant autour de cette problématique, je le trouve un peu simpliste. Je trouve qu’il se base sur une vision partielle de la réalité. Je parle ici de tous ces gens qui, face à ton « Il ne sait pas ce qu’il veut pour nous 2, je me demande comment gérer ça », te répondront :

  • « Mais attends, tu mérites bien plus que ça ! »
  • « Comment ça, t’es là à attendre après un homme ? Tu vaux plus que ça ! »
  • « S’il n’a pas vu toute ta richesse, toute ta valeur, alors dégage-le, il n’en vaut pas la peine… »
  • « Un de perdu, 10 de retrouvés ! »
  • « Tu mérites quelqu’un qui te veut et qui te veut maintenant et si ce n’est pas le cas, il se casse. Tu trouveras bien mieux ! »

Tu vois à quel discours je fais allusion ? Instagram et Pinterest regorgent de citations qui vont dans ce sens ! Bien évidemment, je ne m’oppose pas à ce discours ! Bien sûr que tu mérites mieux que d’attendre… si ce discours te parle. Dans ce cas, banco ! Signe, avance et trouves-en 10 bien mieux et bien plus beaux ! Si ça résonne en toi, alors je dis oui, un grand oui ! Plein de contenus existe sur les réseaux sociaux pour te renforcer dans cette certitude et obtenir du soutien ! Généralement, quand on est dans cet esprit-là, on a seulement besoin d’être boostée avant de passer à l’action.

Mais on peut aussi choisir de rester et d’attendre

Simplement, selon moi, ce point de vue ne représente qu’une vision partielle de la réalité. C’est un chemin qui est possible, mais, en tant que thérapeute de couple, je croise aussi plein de femmes qui ne sont pas dans cet état d’esprit-là. J’en croise plein qui n’ont pas envie de quitter leur homme, en fait, qui n’ont pas envie de se tourner vers la rupture, même s’il ne sait pas ce qu’il veut. Elles n’ont pas envie d’attendre, ça les embête… mais elles ne veulent pas partir non plus. C’est bien d’en trouver 10 autres, mais peut-être que toi, tu n’en veux pas d’autres, c’est lui que tu veux. De la même façon, j’ai déjà rencontré des femmes qui veulent un enfant et qui sont en couple avec un homme qui ne sait pas s’il partage ce désir. Il ne sait pas s’il en a envie ou pas, ou bien dans l’immédiat il n’en veut pas, mais il ne sait pas s’il en voudra plus tard… C’est dur, cette attente, et bien sûr que tu as le droit de décider que tu refuses de l’accepter. Cependant, je rencontre aussi des femmes qui, peut-être comme toi, me répondent que « Ben oui mais… c’est avec lui que je veux des enfants. » C’est vraiment à ces femmes-là que j’ai envie de m’adresser dans cet article. Je fais vraiment la part des choses : comme je l’ai dit, il y a 2 types de réponse à ces phases d’attentes et l’une n’est pas moins bonne que l’autre. Je n’émets aucun jugement de valeur, mes propos sont dénués de notion de hiérarchie par rapport à ces attitudes différentes. Il s’agit simplement de 2 chemins possibles. S’il hésite, et se faisant qu’il te fait attendre, et que tu ressens que tu mérites mieux que ça et que tu as envie de partir : fais-le ! Mais si tu sens que c’est lui que tu veux et que tu préfères attendre, c’est OK aussi. Ce n’est pas moins bien. Ça ne fait pas de toi une femme moins forte, ni une moins bonne femme. Ça ne signifie pas que tu n’es pas une battante, ni que tu es une femme soumise qui subit parce qu’elle ne comprend pas à quoi elle a droit. C’est vraiment ça, le message que j’aimerais te faire passer aujourd’hui.

2.      Pose tes conditions pour ne pas subir l’inconfort de l’attente

Je m’adresse donc à toutes celles qui ne se sentent pas de partir pour en retrouver 10 ! 😉 Être dans cet état d’esprit d’attente, parce que l’autre est confus, que ce soit parce qu’il ne sait pas ce qu’il veut pour votre couple ou parce qu’il est hésitant dans son désir d’enfant par exemple, soyons claires : c’est extrêmement inconfortable. Cette position d’attente dans laquelle tu te mets, dans laquelle tu veux bien te mettre, elle est d’un inconfort incommensurable parce qu’elle ne laisse aucune visibilité. Il réfléchit… mais il réfléchit 2 jours, 2 mois, 2 ans ? De plus, face à cette incertitude totale, tu es sans doute bourrée de doutes ! Est-ce qu’il réfléchit vraiment ? Ou bien est-ce qu’il a pris sa décision, mais qu’il n’ose pas me le dire ? Cela aussi, vient te parasiter, en plus de ce discours ambiant qui t’explique que si tu ne te barres pas, c’est que tu n’es pas assez forte, que tu es passive, soumise, presque que tu es bonne à rien. Cette image non plus, ne fait pas du bien. 😉

J’aimerais apporter de la bienveillance à toutes les femmes qui se sentent concernées ! En premier lieu : je vais faire un peu d’auto-promo 😉, mais si cette problématique te parle, mon programme « Où j’en suis dans mon couple » est clairement prévu pour toi ! 😉 Si tu te sens perdue dans ta relation, cet accompagnement t’aidera à te situer. Mais par ailleurs, ce que j’ai envie de te dire, c’est qu’il faut que tu crées tes conditions pour rendre cela acceptable. C’est OK d’être dans l’attente de l’autre. Dans la réalité, plein de gens vivent cela. Mais je te conseille de créer tes conditions pour que ce soit OK pour toi. Tu peux rendre plus confortable pour toi cette phase où tu attends que l’autre réfléchisse, puis prenne une décision. Je t’invite à mettre en place tes propres sécurités, à délimiter toi-même ton propre cadre bienveillant. Ça peut être une question de temporalité, par exemple : « OK, je veux bien que tu prennes le temps de prendre ta décision, mais j’attendrais 2 semaines, ou 2 mois, mais pas 2 ans ». Ça, c’est peut-être un contexte qui te convient. S’il réfléchit sur votre relation et que, du coup, vous êtes en break : quelles sont les règles du break ? As-tu le droit d’avoir d’autres relations pendant le break, parce que vous êtes en break, ou pas ? Il ne faut pas que ta charge mentale, déjà lourde de cette position inconfortable, soit accentuée par d’autres questionnements qui ne sont pas éclaircis, pas finalisés, sur lesquels aucun mot n’a été posé.

3.      S’il ne sait pas ce qu’il veut, recentre-toi aussi sur toi-même

Pour ne pas t’oublier

Dans ces moments-là, j’invite à un recentrage sur soi-même. Quand on est dans ce genre de situation, on a tendance à glisser vers une posture qui ressemble à : « Je veux que l’autre prenne telle décision. » Si tu es comme cette femme qui évoquait avec moi, sur Instagram, le fait que son partenaire ne savait pas s’il voulait encore de leur relation ou non, j’image que tu as envie qu’il reste. Les pensées telles que « Je ne veux pas qu’il me quitte » peuvent t’amener, consciemment et inconsciemment, à mettre en place des stratégies pour influencer l’autre. C’est pour cela que j’invite toujours, dans les périodes de grande fragilité, à être soutenue, accompagnée. Ça peut être par un professionnel, ça peut être par ta famille ou par des amis, peu importe, mais mets du monde autour de toi ! Choisis du monde qui t’aidera à te recentrer sur toi, pour ne pas t’oublier. L’attente de la décision de l’autre engendre un cataclysme, un déséquilibre. Tu es dans une posture particulièrement instable, si bien que, généralement, pour ne pas rester dans cette instabilité, tu vas te tordre dans tous les sens pour essayer de répondre à ce que tu penses être ce que l’autre aimerait de toi. Cette envie de plaire, de correspondre à l’autre, ça t’éloigne de toi, ça génère de la distance avec toi-même, avec ce que toi tu aimerais. « Oh mon Dieu, j’ai senti un déséquilibre, il y a une éventualité qu’il me quitte, ou que nous n’ayons pas d’enfant… alors je vais me transformer, pour être sûre que ça fonctionne. » Cela m’évoque ce jeu où le petit-enfant doit faire rentrer des formes dans les cases correspondantes : dans ce type de situation, tu risques de te retrouver comme un rond qu’on essaie de rentrer dans l’emplacement carré.

Pour éviter de creuser l’éloignement

Se faisant, non seulement tu ne prends pas soin de toi, mais surtout tu ne travailles pas sur le fonds du problème, en fait. À mon sens, s’il ne sait pas ce qu’il veut pour vous 2, alors il est dans une réflexion qui nécessite de la distance. Il a besoin d’adopter une vision « en-dehors » du couple, en-dehors de toi, de votre relation. C’est déjà, en soi, un éloignement par rapport à toi. Si, de ton côté, tu ne restes pas authentique, ça rajoute une couche d’éloignement entre vous deux : lui réfléchit sans toi, et toi tu deviens une autre. Certes, tu le fais en tentant d’être celle dont il a envie… mais ce n’est pas forcément toi, ce qui participe à un éloignement. Je t’invite donc à travailler à te recentrer sur toi et sur ton couple. D’ailleurs, que ce soit pour celui qui mène une réflexion ou pour celui qui attend la prise de décision, je conseille, dans la mesure du possible, de garder les 2 en tête :

  • un espace de réflexion autour de soi et de soi au sein du couple ;
  • un espace de réflexion « en-dehors » du couple, pour prendre du recul.

Garder un pied dans le couple, en maintenant une réflexion autour du couple, ça permet d’éviter, ou en tout cas de limiter l’éloignement. Éloignement qui, soit dit en passant, n’est pas non plus dramatique ni monstrueux ! Ça arrive à plein de gens, de faire un break et on peut revenir d’un break. Mais dans le break, il y a une notion d’éloignement. Si on s’est éloigné… ça signifie qu’un travail pour se retrouver sera nécessaire. Si on peut éviter l’éloignement, en gardant toujours un lien, ce sera toujours ça de moins à reconstruire ensemble lors des retrouvailles.

En résumé

En résumé, s’il ne sait pas ce qu’il veut et que tu te sens perdue face à la réaction à adopter, voilà ce que je te conseille :

  • Au message « tu mérites mieux que ça, ne reste pas là », je dis bravo… si ça résonne chez toi ! Mais si non, bravo aussi ! Ce n’est pas moins bien.
  • Si tu es dans ce cas-là, je te conseille de te demander ce que tu peux construire pour que ce soit confortable, pour te recentrer sur toi, pour que toi aussi tu trouves ton compte là-dedans.

De plus, je répète souvent ce message : tu ne subis pas ce qu’il t’arrive, tu prends une décision. Le fait de dire « je mérite mieux, je me casse », c’est une décision. Le fait de dire « moi je reste, j’attends », c’est une décision. Tu ne subis pas, tu prends une décision. Remets-toi au centre de ce qu’il se passe pour toi, car c’est toi qui décides ce que tu fais de ta vie. C’est toi qui décides le fait d’être encore là et d’attendre… donc pousse le choix jusqu’au bout : « Moi je décide d’attendre, mais pas à n’importe quel prix. Je décide d’attendre dans un contexte qui est favorable pour moi, dans un confort qui me convient. » Si ces conditions favorables pour toi sont un peu obscures, si tu ne sais pas trop quoi mettre dedans, si tu te sens un peu déboussolée, si tu as peur de perdre l’autre et que tu ne sais pas quoi mettre en place face à ça : n’hésite pas à venir vers moi ! C’est une réflexion que je peux mener avec toi, dans le cadre d’une séance ou dans le cadre d’un accompagnement.

J’espère que cet article t’aura fait du bien ! Pour terminer : n’hésite pas à partager avec moi sur mon compte Instagram les sujets que tu aimerais que j’aborde ! Je serais ravie de me pencher dessus pour une prochaine fois 😉 D’ici là, prend soin de ton couple et de toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *