Mon partenaire est égoïste | 4 pistes de réflexion

« Mon mec ne pense qu’à lui », « Mon mari se fait toujours passer en priorité, la famille vient en second plan », « Mon partenaire est égoïste et j’en souffre »…

Tu te reconnais dans ces phrases ? Tu n’es pas la seule : voilà une problématique que je croise très souvent dans ma pratique de thérapie de couple. Dans cet article, j’ai envie de te proposer de creuser ce sujet en détail. Ce que j’aimerai, c’est t’aider à sortir de l’état passif : tu es agacée par ce comportement de ton partenaire, mais tu restes avec cette souffrance, parce que « de toute façon, il est comme ça, il ne changera pas ». C’est un cercle vicieux, qui va traîner, traîner, jusqu’à ce que cette souffrance accumulée éclate.

Détricotons cette pensée ensemble, au travers de 4 pistes de réflexion, pour éviter que cela ne débouche sur une dispute de couple, voire une séparation amoureuse.

1. Tu fais de ton fonctionnement la norme

Cet article ne sera peut-être pas très agréable… mais se faire botter les fesses peut être bénéfique. 😉 Allez, c’est parti !

Le premier point que j’ai envie d’aborder avec toi, c’est le fait que tu fasses de ton fonctionnement la norme. Je sais que cette idée que « la femme donne et l’homme reçoit » est très ancrée et très partagée par la société. La femme est là pour ses enfants, la femme fait tout ci tout ça. Mais l’homme non : il est centré sur lui-même, il a besoin de temps pour lui, c’est ainsi qu’il fonctionne. Cette vision de la normalité est assez courante. Ça passe souvent par le dévouement pour les enfants. « Mes enfants sont ma priorité. Je m’occupe d’eux d’abord et moi je passe après, s’il reste un peu de place. » Et même sans enfant, d’une manière générale, cela se retrouve dans le fait de faire passer les autres avant toi : « D’abord ma famille, d’abord mes amis… et moi on verra après. » Ça va de pair avec le fait de ne pas être à l’écoute de tes besoins. « J’aimerais bien faire ci, j’aimerais bien faire ça », mais tu ne peux pas, parce que tu priorises ta famille. Mais moi, je t’invite à sortir de ça. Il s’agit de TON fonctionnement. C’est devenu ta réalité et ta norme. Peut-être que, comme dans beaucoup de couples que j’ai accompagnés, ce fonctionnement que tu as fait tiens, tu en fais la norme. Tu décides, plus ou moins consciemment, que c’est comme ça qu’il faut faire. Tu décides que c’est comme ça qu’il faut être, pour être une bonne personne. Par conséquent, si ton partenaire n’est pas comme ça : c’est qu’il n’a pas compris ou que c’est une mauvaise personne. Non : il a juste un autre fonctionnement et il est tout aussi valable. Cet autre fonctionnement commence par soi :

  • « Oui j’ai fait des enfants et j’aime mes enfants, mais je refuse de me sacrifier pour eux. »
  • « Je passe avant les autres, parce que je suis la personne la plus importante de ma vie. »
  • « Je commence par faire en sorte de me sentir bien, pour ensuite pouvoir donner aux autres, partager avec les autres. »

C’est une autre manière de voir le monde, la vie et les relations sociales. Et cette manière n’est pas moins bonne. Elle permet notamment d’être à l’écoute de ses besoins. 


Si nous étions dans un monde où tout le monde s’écoute et se priorise, ce serait sans doute toi qui serais perçue comme « ayant un problème » à te sacrifier pour les autres. Voilà l’angle de vue que j’ai envie de te proposer avec ce premier paragraphe. J’aimerais t’amener à réfléchir là-dessus : est-ce que tu n’es pas en train de vouloir calquer sur l’autre ton fonctionnement à toi ? Si tu vois le comportement de partenaire, non pas comme quelque chose qu’il fait mal, mais simplement comme quelque chose de différent : tu seras dans un autre état d’esprit. Ton approche et ta manière d’échanger avec lui seront alors différentes et ce sera déjà un premier pas.

2. Ça t’agace car tu ne te l’autorises pas

Le deuxième point que j’ai envie d’aborder avec toi, c’est la possibilité que cet égoïsme chez l’autre t’agace parce que toi tu ne l’autorises pas. Là, on peut toucher un sujet sensible qu’il est intéressant de venir explorer. Peut-être que ce n’est pas le comportement de l’autre en lui-même qui t’agace, mais le fait que lui il l’ose, que lui se l’autorise. Ça t’agace parce que toi aussi tu aimerais bien être à l’écoute de tes besoins et prendre soin de toi… mais tu ne l’autorises pas. Tu es pétrie de ces croyances qui te soufflent que tu ne peux pas te le permettre. Voir cette liberté chez l’autre devient alors insupportable et c’est ça qui t’agace. C’est cette liberté qu’il ose prendre, alors que toi tu te la refuses. Tu l’aimerais tant, mais tu as le sentiment d’être empêchée de. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a souvent que toi qui t’en empêches. 

Je t’invite à te poser cette question et à garder cette idée en tête : est-ce que ce n’est pas plutôt cette liberté des autres, que tu aimerais tant avoir, qui t’agace ? Si c’est ça, alors c’est là-dessus qu’il faut que tu travailles : ne pas chercher à amoindrir la liberté des autres, mais trouver comment toi tu pourrais davantage prendre la liberté de prendre soin de toi.

3. Ton partenaire est égoïste car il sait qu’il peut se le permettre

Troisième possibilité, pas forcément agréable non plus, sur laquelle j’ai envie de mettre le doigt : il est égoïste parce qu’il sait qu’il peut se permettre de l’être. J’ai souvent croisé cela aussi, avec les femmes que j’accompagne. Peut-être qu’il sait que tu vas compenser, en rattrapant, en réparant, en pardonnant, en faisant à sa place ce qu’il ne fait pas. Cette liberté que le partenaire s’octroie vient parfois du fait qu’il a conscience que tu es comme un filet de sécurité.

Je t’invite donc à réfléchir là-dessus et à te demander ce dont toi tu as envie et besoin. Tu as le droit et le pouvoir de poser tes limites et de marquer des stops. Tu n’es pas obligée d’être le filet de sécurité de ton partenaire. Ne rentre pas dans ce rôle si tu n’en as pas envie. Je sais que, bien souvent, il s’agit d’un réflexe, bien en place depuis de nombreuse années. Modifier ces habitudes-là est un chemin sur lequel il faut avancer pas à pas. Souvent, quand j’en parle avec une cliente, on me demande : « Mais comment je pourrais faire autrement ? » Cette sensation d’obligation est généralement profondément installée. Souvent, on ne voit pas, concrètement, comment faire différemment.

Ce sont des choses qui se construisent, petite action par petite action. Au quotidien, essaie d’observer ce que tu fais « à sa place », essaie de mettre le doigt sur quelles petites choses tu pourrais cesser de faire. Cela te permettra de voir comment il réagira si tu ne t’en charges pas. Tu constateras peut-être que si tu ne prends plus la place du filet de sécurité, il agira différemment. Essaie de lâcher prise, de t’écouter davantage, plutôt que d’essayer de contrôler les actions de l’autre. Teste, expérimente : au fur et à mesure du temps, tu t’approcheras d’un quotidien plus en harmonie avec tes besoins.

4. Une harmonisation de vos besoins respectifs vous rapprochera de l’équilibre

Dernier point que j’avais envie d’aborder avec toi, c’est la nécessité de s’harmoniser. Je l’ai déjà dit : c’est dans le gris qu’on fait couple, pas dans le tout noir ou tout blanc. Si vous étiez tous les deux égoïstes ou tous les deux dans le dévouement, il y aurait peut-être moins de difficultés. Mais c’est aussi ça, le couple : comment est-ce qu’on s’accorde avec nos différents traits de caractère ? Comment est-ce qu’on s’harmonise quand on n’a pas tout à fait la même vision du monde ? C’est là qu’on fait couple et c’est ça qui est intéressant.

Je t’invite à chercher l’équilibre, en respectant le fonctionnement de l’autre. Il ne s’agit pas de dire que l’autre fait mal ou qu’il est dans l’erreur, mais plutôt de trouver un équilibre entre ton fonctionnement et le sien, pour que les deux se sentent entendus. L’idée, c’est de partager son ressenti. Ne reste pas, comme on l’a vu au début, avec ces « il est égoïste et c’est comme ça ». Non : partage tes émotions et tes besoins.

J’ai même envie de te suggérer de prendre un peu de cet égoïsme, pour te mettre sur le même plan que lui. Au lieu d’être dans un système avec celle qui se dévoue et celui qui est égoïste : inversez les rôles, pour avancer vers votre équilibre. Partage tes besoins, aie la volonté de te prioriser et de te mettre en avant.

Si c’est flou pour toi, si tu ne vois pas du tout comment faire et que tout ça te semble être une montagne à mettre concrètement en place : n’hésite pas à venir m’en parler ! Ce sont des choses que je travaille avec les couples que j’accompagne. Mes podcasts et articles peuvent venir bousculer ta vision des choses et mettre un coup de pied dans tes croyances. Cependant, ce n’est pas forcément suffisant pour faire un réel pas de plus dans le changement dont tu as besoin au quotidien. Tu n’es pas obligée de supporter cela seule et de rester dans cette situation : n’hésite pas à venir échanger avec moi si tu en as besoin.

Pour en savoir plus sur mon accompagnement : clique ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *