Il refuse la thérapie de couple | 4 étapes pour avancer

« Notre couple a besoin d’aide, mais il ne veut pas…” : si tu te sens démunie face à cet angoissant constat, cet article est fait pour toi.

Comme dans tous les métiers d’accompagnement, j’entends très très régulièrement ces tristement célèbres « J’ai compris qu’on a besoin d’aide, mais il ne veut pas… » et autres « Comment lui faire accepter une thérapie de couple ? ». Ce que j’ai envie de te proposer aujourd’hui, ce sont des conseils concrets pour commencer, malgré tout, à mettre en place des actions bénéfiques pour ta relation amoureuse. Même si lui n’est pas dans cette optique, toi tu peux entamer une démarche pour prendre soin de ton couple (et de ton bien-être !).

1. Face à son refus de thérapie de couple, pose-toi les bonnes questions 

Comment pourrais-tu aider quelqu’un qui ne veut pas l’être ? 

Avant tout, je pense que le point de départ, c’est de (vraiment) te demander : qui a besoin d’aide ? Tu me dis “On a besoin d’aide !”, mais repose-toi la question : qui a besoin d’aide ? Vous avez besoin d’aide, ou tu as besoin d’aide ? Bien souvent, dans ce genre de cas, le conjoint n’en a en effet pas envie. La question est de vérifier s’il n’en a pas envie… parce qu’il n’a pas envie ; ou s’il n’en a pas envie… parce qu’il n’en a pas besoin ? Peut-être que lui n’en a effectivement pas besoin. Ou bien il pense ne pas en avoir besoin, mais dans un cas comme dans l’autre : comment comptes-tu aider quelqu’un qui pense ne pas avoir besoin d’aide ?

Nous sommes de nombreux thérapeutes à le répéter souvent : si quelqu’un n’a pas envie d’être accompagné dans une démarche thérapeutique, nous ne pourrons pas, malheureusement, venir l’aider à solutionner des problèmes qu’il ne voit pas. Je pense que tu as bien cela en tête mais c’est important de le rappeler : les thérapeutes ne sont pas miraculeux ! Nous ne sommes pas des vaccins, nous ne sommes pas des médicaments. Les solutions, elles sont EN TOI. Je n’ai pas de clé magique à te donner. Mon travail en tant que professionnel, c’est de t’aider à trouver, à créer, à chercher en toi, tes propres solutions de sortie. La clé est chez toi, elle est seulement un peu perdue, un peu cachée sous de la poussière.

Pourquoi ne pas commencer seule cette démarche dont tu as besoin ? 

Pour résumé : si l’autre n’est pas dans une optique d’être aidé, on ne pourra pas lui imposer de démarrer une démarche. Par contre, et c’est là qu’on arrive véritablement à mon premier conseil : toi, ça ne doit pas t’empêcher de commencer à essayer de changer les choses, pour te diriger vers ce dont tu as besoin. 

Est-ce que tu connais la systémie ? Dans les grandes lignes, c’est une pensée qui prône l’existence de répercussions au sein d’un système. Imagine que tu sois un cercle, que ton conjoint soit un cercle, que tes enfants soient des cercles, etc. Vous formez un tas de petits cercles, au sein d’un énorme cercle : vous fonctionnez comme un système. Ainsi, si toi tu bouges, forcément, ça va avoir des répercussions sur les cercles autour de toi, et donc sur l’ensemble du système. Si toi tu mets en place des actions pour évoluer, alors tu constateras des résultats aussi chez les autres. Si tu appréhendes les choses différemment, ça va pouvoir impacter ton conjoint. Il ne faut donc pas attendre pour commencer à chercher des solutions !

De quoi as-tu réellement envie et besoin ? 

J’ai également envie que tu te demandes laquelle de ces questions te correspond vraiment : 

  • « Est-ce que je veux aller mieux, MOI ? » 
  • « Est-ce que je veux que NOTRE COUPLE aille mieux ? » 
  • « Est-ce que je veux qu’IL aille mieux ? » 
  • « Est-ce que je veux qu’IL CHANGE ? » 

C’est très important, car tout ça n’amène pas aux mêmes questions. Le travail à effectuer n’est pas le même pour chacun de ces questionnements. 

As-tu besoin de prendre soin de toi ? 

Si tu ne souhaites pas essayer à nouveau de lui demander de changer, mais que tu as envie de te sentir mieux parce que ce que tu vis actuellement ne te convient pas : alors il s’agit d’une démarche personnelle. Qu’est-ce que toi tu peux mettre en place pour augmenter ton bien-être et te sentir mieux dans ta relation ? Je rencontre souvent des femmes qui me disent : “Il y a des points compliqués entre nous, tout ne me plaît pas mais je n’ai pas envie de le quitter, je n’ai pas envie de partir”. OK : à ce moment-là, ça peut être une démarche personnelle. Si ton conjoint se saisit aussi du sujet, il peut, bien entendu, s’agir d’une démarche de thérapie de couple, réalisée à deux. Mais tu peux aussi entamer seule cette démarche, pour toi. 

As-tu besoin d’affirmer tes limites et besoins au sein de ton couple ? 

En revanche, si tu es effectivement aux prises avec des “Je veux qu’il change” permanents – et c’est souvent le cas, alors il ne s’agit pas seulement de prendre soin de ton bien-être. Il s’agit alors de faire un point, au sein de ton couple, sur tes besoins. 

J’ai déjà rencontré des couples qui attendaient de moi des choses qui ne relèvent pas des compétences d’une thérapeute de couple. Ces personnes viennent me voir avec des pensées du type “Je vais aller voir quelqu’un, on va aller voir un tiers, comme ça il va comprendre. Il se rendra compte qu’il a tort, parce que ça viendra de quelqu’un d’autre. Il se rendra compte qu’il est dans l’erreur, que ce n’est pas bien ce qu’il fait.” Mais non non non ! Je n’irai pas dire à ton partenaire que “ce n’est pas comme ça qu’il doit faire”. Si tu es dans ce cas-là, alors ce n’est pas de travailler sur ton bien-être que je te conseille, mais de faire le point sur tes besoins, tes limites et ta façon de les exprimer à ton partenaire. C’est à toi de renforcer ta manière d’énoncer, d’expliquer et surtout d’affirmer tes limites et tes besoins. Ceci étant, ce sont aussi des points qui peuvent se travailler dans le cadre d’un accompagnement de couple ! 

En bref 

  • Première étape : dégrossir le sujet et bien définir qui ne va pas bien et qui veut quoi. Veux-tu des changements pour toi, pour vous, ou pour lui ? Si c’est lui qui a un problème, lui qui ne comprend pas… alors si la démarche part de toi, ça va être compliqué. Ceci étant, toi tu as la possibilité de commencer à amorcer un changement. Tes actions auront un impact. Elles pourront créer des “ondes de choc”. 
  • Deuxième étape : poursuivre la lecture de cet article pour découvrir des astuces pour commencer à être dans l’action et mettre en place des évolutions. 😉

2. Pratique le journaling, pour une meilleure connaissance de toi

Le premier outil dont j’ai envie de te parler, car je le trouve très intéressant, c’est l’écriture. Le “journaling” est très utilisé en développement personnel. Si tu penses que votre couple a besoin d’aide, c’est sans doute que toi-même tu ne sens pas très bien dans ton quotidien. « Que puis-je faire pour aller mieux ? » : voilà la ligne directrice du travail personnel qui t’attend.

Cela passe, en premier lieu, par une solide connaissance de soi-même et le journaling est un excellent outil pour ça. Tu trouveras pleins de modèles sur internet. De mon côté, je te propose juste en-dessous de cet article un accompagnement pour te poser des questions « puissantes ». Il s’agit d’un workbook et d’un audio, ayant pour but de t’accompagner dans un bilan de ton couple. L’idée, c’est vraiment “d’entretenir la machine” en te questionnant, en étant dans l’action. Tu seras alors plus à l’aise pour savoir ce qui ne te convient pas et affirmer tes limites.

À force de voir écrit sur le papier, noir sur blanc, encore et encore, les mêmes choses : à un moment tu seras réellement plus au clair sur toi-même et alors tu arriveras mieux à t’exprimer.

Si écrire, ce n’est pas ta tasse de thé – que ce soit sur ordinateur ou sur papier : tu peux faire des audios ! J’ai accompagné plusieurs femmes qui l’ont fait. Le fait de se parler à soi-même, ça permet aussi de mettre les pensées en mots et rien que ça, c’est déjà hyper précieux.

3. Trouver une communauté, pour partager ton ressenti

Autre moyen concret de commencer une démarche positive pour que toi et ton couple alliez mieux : les cercles de femmes. Tu en as peut-être déjà entendu parler, car ça se fait de plus en plus. Il s’agit de cercles de femmes ou de groupes, de communautés, qui vont échanger autour d’une même thématique. Tu en trouveras sur Facebook, ou autour de toi, sous forme d’associations par exemple. J’ai envie de t’en parler parce que la puissance du groupe, la puissance du collectif est incroyable, et réellement pertinente dans ce genre de situation. 

Je te fais un petit teasing au passage : je proposerai prochainement un accompagnement collectif ! Je trouve ça utile et précieux, de pouvoir être entouré de personnes qui vivent les mêmes choses que soi ! 

L’une des raisons qui fait la force de ces groupes, c’est l’entraide qu’ils impliquent. Certaines personnes seront à un « stade moins avancé » de leur démarche personnelle : c’est donc toi qui sera en position de pouvoir leur donner des informations pertinentes, des conseils sur ce que tu as vécu… D’autres auront parcouru plus de route que toi dans ce cheminement intérieur et c’est elles qui pourront à leur tour te prodiguer des conseils. De plus, chacune aura sa propre expérience et ses propres connaissances, personnelles et professionnelles. Un autre point intéressant dans le fonctionnement des cercles, c’est l’idée de rendez-vous. Vous vous voyez toutes les semaines ou tous les mois et c’est un temps juste pour toi, avec des femmes qui te comprennent : là encore, c’est hyper précieux ! C’est grâce à tout cela qu’un groupe apporte autant et que ces échanges sont tellement enrichissants. Tu te sens un peu coincée à la maison parce que ton partenaire n’a pas envie de travailler sur votre relation de couple ? Tu ne trouves pas d’oreille adéquate dans tes cercles familiaux et amicaux ? Alors je pense que ce serait bénéfique de partir en quête de femmes autour de toi, pour t’accompagner. Pouvoir apporter cela à celles qui en ressentent le besoin est l’un de mes projets, donc n’hésite pas à me faire signe si ça t’intéresse ! Mais ne t’arrête pas à ce que je propose : il existe des cercles de femmes de toutes les formes !

4. N’oublie pas que ton entourage est là aussi pour les coups durs

Pour terminer, j’ai envie de te parler, et je dirais même de te rappeler ton entourage personnel. Bien souvent, dans nos sociétés modernes, on parle peu des problèmes de couple. Avec les femmes que j’accompagne, je constate généralement que lorsqu’elles y sont confrontées, personne n’est au courant. Vos parents ne sont pas au courant, vos frères et sœurs ne sont pas au courant, vos copines et amis ne sont pas au courant… On n’en parle à aucun individu autour de soi, à part un ou deux confidents triés sur le volet. J’ai envie de libérer un peu ça ! Ta cousine, ta sœur, ta copine, ta collègue de bureau, etc. sont des gens sur qui tu peux compter ! Souvent on garde un masque, parce que c’est encore mal vu d’avoir des difficultés dans sa relation amoureuse. Le réflexe du “Qu’est-ce qu’on va penser de moi ?” est encore très présent dans nos fonctionnements modernes. Si tu arrives à dépasser ça, à briser ça pour dire à tes proches que ça ne va pas, alors tu te rendras compte du soutien énorme qui est à ta portée. Je parlais des cercles de femmes… mais en fait tu n’as peut-être pas besoin d’aller sur Facebook pour trouver des femmes pour te soutenir. Tu peux sans doute créer toi-même ton propre réseau de femmes soutenantes qui te motivent. La vulnérabilité n’est pas quelque chose de honteux. Avoir des doutes et des questionnements n’est pas quelque chose de honteux. Un couple ça va, ça vient. Parfois c’est sympa, parfois c’est plus dur. C’est important, que tu puisses puiser dans ta famille et ton entourage, l’énergie pour affronter ces moments plus difficiles. Vraiment je trouve ça dommage, je trouve ça triste, de ne pas le faire. La famille et les amis, c’est là pour ça aussi ! 

Ne partager que les moments joyeux, c’est donner une image tronquée de toi. Tu n’es pas quelqu’un de seulement agréable et sympa, non non non. Et ta famille et tes amis non plus ! La vie ce n’est pas que joie, plaisir et bonheur. Ainsi, je t’invite à être dans quelque chose de plus authentique, de plus complet avec tes proches. Si tu as envie de pleurer parce que tu t’es pris la tête avec ton homme hier soir : fais-le ! Ne reste pas toute guindée, à tout garder pour toi avec un faux sourire. Il est possible que ce ne soit vraiment pas possible pour toi, parce que ta famille et tes amis ne sont pas assez empathiques ou que tu n’as vraiment pas envie de partager ça avec eux. Dans ce cas, encore une fois : cherche d’autres personnes avec qui tu pourras échanger sur ce qui te pèse. N’hésite pas : les réseaux sociaux sont magiques pour ça. Il existe forcément une personne ou un groupe qui te conviendra et qui t’apportera la bienveillance dont tu as besoin. Ou, si tu attends un peu, c’est moi qui te proposerai de venir partager ce que tu vis avec d’autres femmes. 😉

On refait le point ? Tu constates des problèmes dans ton couple, tu penses que vous avez besoin d’aide, mais il ne veut pas ? Voici ce que je te conseille :

  • 1 : On s’introspecte ! De quoi as-tu envie, de quoi as-tu besoin ? 
  • 2 : Ouvre-toi ! Tiens un journal pour évacuer ce que tu ressens et mettre en mots tes pensées. Puis accueille l’aide que tes proches voudront bien te donner. Partage ton ressenti et cherche autour de toi la bienveillance dont tu as besoin ! 

 J’espère que cet article t’aura apporté quelques pistes pour pouvoir avancer, même si lui n’en a pas envie. N’oublie pas que toi, tu as ce qu’il faut en toi pour commencer une démarche. Si l’autre en face ne participe pas, ce n’est pas grave. Mille et unes choses sont possibles. Tu peux commencer avec mon workbook ci-dessous, pour faire le point sur ton couple. Et n’hésite pas à te rapprocher de moi si tu souhaites aller plus loin.

Clique ici pour réaliser ton bilan de couple en toute autonomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *