Il est louche, je doute de lui !

Je suis très contente de vous retrouver pour ce nouvel épisode de Podcast où on parle de ce sentiment désagréable qu’est le doute. Comme c’est inconfortable !

Ce sentiment que l’on ressent quand l’autre n’est pas clair, quand l’autre est louche et que l’on se met à douter.

Dans cet épisode on commence par comprendre un peu d’où cela vient et ensuite je vous donne des pistes pour sortir de cette impasse.

C’est un événement ou un fonctionnement ?

Parfois c’est un événement qui déclenche. Tout se passe bien, et il se passe quelque chose qui vient faire naître le doute. C’est soudain, c’est brutal et c’est souvent déstabilisant voir douloureux.

Cela peut être un message bizarre, un téléphone trop vite rangé, une information pas très claire,… Et là le doute s’installe.

Parfois, ce n’est pas un événement mais c’est plutôt là dès le début. C’est plus un fonctionnement de l’autre que l’on avait pas repéré. Certaines personnes cultivent l’ambiguïté, leurs attitudes ne sont pas claires, ils jouent avec la vérité. Souvent les autres le voient avant et on entend souvent “on m’avait prévenu mais je ne voyais rien”.

Ce n’est pas que vos yeux ne fonctionnent pas comme les autres, c’est vraiment un fonctionnement normal du cerveau qui se concentre sur le positif et qui banalise ces petites attitudes qui pourraient vous faire douter. On l’observe surtout au début des relations de couple.

Si ce sujet vous intéresse, je le développe dans ma vidéo Les saisons du couple. Je parle des différentes phases du couple.

Dans les deux cas, le doute s’installe.

Que faire quand le doute s’installe ?

Pour certaines personnes, le doute est insupportable alors elles vont tout de suite à la confrontation. Pour demander des explications, pour être rassurées. Et si ce n’est pas le cas, alors elles s’en vont.

Pour d’autres, ce n’est pas aussi rapide. Pour beaucoup de personnes, les doutes ne sont que des doutes. On reste à la frontière, on a des suspicions, des questionnements mais rien de concret, pas de certitudes.

Et pour passer à l’action, pour prendre une décision il faut des certitudes. Parfois, on reste dans cette zone trouble, cette zone de doutes et on ne va pas à la confrontation parce qu’on ne veut pas prendre de décisions.

On est tenté alors de faire le détective. De fouiller, épier, suivre, pour aller chercher l’information sans passer par la confrontation.

Souvent, cela n’apporte pas l’apaisement. Cela peut faire naître encore plus de doutes. Et on reste plus longtemps encore dans cette zone de doute.

Le doute qui t’empêche de prendre une décision

C’est le confort dans l’inconfort. Certes, ce n’est pas agréable de ressentir du doute. Mais si je vais plus loin, si je vais à la confrontation, si j’ai des réponses , alors je vais devoir prendre une décision… et c’est parfois encore moins agréable que douter. Quand on a des faits, quand on a des informations concrètes, il y a ce sentiment de contrainte : “Je suis obligée de prendre une décision quand je sais”.

Alors parfois on reste dans le doute, dans le flou, on ne cherche pas à en savoir plus, on ne pose pas de questions. On reste avec ce sentiment inconfortable qu’est le doute.

C’est inconfortable quand on est pas d’accord et qu’il faut prendre une décision.

Et c’est vrai aussi que la confrontation n’est pas toujours simple. Elle n’apporte pas toujours toutes les réponses. Je l’entends lorsque j’échange avec mes clientes “J’ai été lui demander des explications, il m’ a répondu qu’il n’avait pas à se justifier”.

L’autre n’est pas toujours rassurant ou apaisant.

À mon sens il y a deux options possibles si vous avez été à la confrontation et que vous n’en ressortez pas rassurée :

  • Soit vous décidez de ne pas croire, de trouver que les informations sont incohérentes. Vous sortez du doute pour entrer dans la certitude. C’est le moment alors de voir ce qui est juste pour vous et ce qui est acceptable.
  • Soit vous décidez de faire confiance, même dans les parts d’ombres. Oui ce n’est pas clair, oui certaines choses ne sont pas expliquées mais je décide de faire confiance.

Dans les deux cas, vous êtes dans la décision, vous êtes dans l’action et vous sortez du doute. Le doute ne mène à rien si ce n’est de l’inconfort que vous êtes la seule à vivre.

En restant dans le doute, vous restez dans l’inconfort et l’inaction.

En sortant du doute, vous prenez une décision, en conscience avec les éléments que vous avez en votre possession à l’instant T. Vous prendrez peut être une autre décision avec d’autres éléments.

Si tu es en couple et que tu souhaites continuer à travailler ton développement personnel en douceur, je t’invite à t’inscrire à mon challenge gratuit : Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Qui a raison ?

Est-ce que vous avez déjà joué au ping-pong ?

C’est une image que j’aime bien utiliser pour parler des couples qui essayent de se convaincre qu’ils ont raison.

Le premier donne un argument, le second en donne un autre, le premier rebondi sur l’argument, etc… Ping-pong.

Je t’invite à écouter le Podcast car je développe un exemple typique de conversation qui souvent n’aboutit à rien.

Pourquoi cela n’aboutit pas? Parce que vous avez tous les deux raison. Parce que chercher à convaincre l’autre est une perte de temps.

Il n’existe pas de vérité. Tout le monde a raison.

Chacun a une interprétation de ce qu’il vit. Ton avis et ce que tu penses, résultent de ta vision des choses, ton caractère, ton expérience, etc… Ce qui fait que ton interprétation est unique.

Tu vois le monde à travers tes yeux et par conséquent ta vision est unique. Ce que tu ressens, ce que tu penses, ce que tu vis ne peut pas être remis en question.

Et c’est pareil pour ton partenaire. Sa vision des choses est unique. Et de son point de vue, il a raison.

Souvent on a envie que l’autre épouse notre vision, qu’il pense de la même manière que nous. Alors on explique, on fait comprendre, et on discute pendant des heures. Arguments contre arguments.

Regarder un événement à travers les yeux de l’autre

Sans chercher à convaincre l’autre que l’on a raison, cela peut être intéressant de lui expliquer comment on a ressenti les choses.

Lui dire ce que l’on a vécu, ce qu’il s’est passé selon notre interprétation. Pas pour le convaincre qu’on a raison mais pour partager et pour mieux se comprendre.

Et si on est pas d’accord ?

Souvent, le désaccord fait peur. C’est pour cela que l’on perd de l’énergie à convaincre l’autre.

C’est inconfortable quand on est pas d’accord et qu’il faut prendre une décision.

À mon sens, c’est véritablement à ce moment la qu’on fait couple. C’est là qu’il faut discuter, négocier, faire des proposition. Il faut réfléchir à ses priorités, il faut peser le pour et le contre.

Dans ces moments là, le couple est dans le lien, dans l’échange, dans la connexion. Là vous faites couple.

Le développement personnel et le couple

Je pense que j’en ferais un podcast à part entière mais je voulais déjà en dire quelques mots.

Actuellement, on parle beaucoup du dev perso. De se concentrer sur soi, de se mettre au centre de sa vie, de se prioriser, réfléchir à ses besoins,…

Et parfois, dans cette démarche on oublie le couple, on oublie l’autre.

Je trouve que le développement personnel est très pertinent et apporte beaucoup mais il est parfois à nuancer. Où est l’autre dans “mes besoins, me prioriser,…” ? Quelle place reste-t-il pour l’autre, pour la relation, pour le lien ?

Je vous laisse avec ces réflexions et dites en commentaire moi si un podcast entier sur ce sujet vous plairait.

Si tu es en couple et que tu souhaites continuer à travailler ton développement personnel en douceur, je t’invite à t’inscrire à mon challenge gratuit : Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Ça ne va pas mais je ne veux pas me séparer.

Je vous retrouve pour le deuxième épisode de mon Podcast, Un temps pour nous.

Dans le premier épisode, C’est l’autre le problème, je vous parlais de l’importance de ne pas pointer l’autre comme ayant un problème mais bien de fonctionner en duo. C’est le couple qui a envie que les choses changent et c’est ensemble que l’on souhaite travailler.

On a évoqué aussi cette difficulté que l’on rencontre quand l’autre ne souhaite pas changer, quand l’autre ne considère pas qu’il y a un problème.

J’avais donc envie d’aborder ce point avec toi aujourd’hui et de te partager trois pistes de réflexions pour dépasser le : Comment je fais quand ça ne va pas mais que je ne veux pas le quitter ?

On élargit sa vision

Bien souvent, quand l’autre nous agace, quand il nous énerve, quand il y a quelque chose qui ne nous convient pas ; alors on ne voit que ça. Ton cerveau va mettre le focus sur ce qui ne te convient pas.

Je t’invite à faire le travail inverse. Ne plus se concentrer sur ce qui ne va pas mais plutôt sur ce qui vous lie, ce qui vous unit, ce qui vous rassemble.

Pour t’aider à faire ce travail mental je te propose de de te demander pourquoi tu restes alors que des choses ne te conviennent pas. Pourquoi malgré cela tu restes? En te posant cette question, tu te concentres sur ce qui vous rassemble et vous unit.

Tu peux aussi partir de ce qui fonctionne entre vous. Qu’est ce qui marche bien, quelles sont nos bases, nos fondations ?

Même si parfois, c’est dur à voir, si tu es dans cette relation c’est quelle t’apporte quelque chose. C’est important que tu puisses en avoir conscience pour te reposer dessus et comprendre ce qui te lie à ton partenaire.

Et si les difficultés sont anciennes, tu peux aussi repartir des origines de ton couple. Pourquoi vous vous êtes choisis? Pourquoi vous vous êtes engagés ensemble?

L’objectif de ces questions n’est pas d’effacer ce que tu ressens mais de remettre un équilibre, d’apporter de la nuance. Oui il y a des choses chez l’autre qui ne me conviennent pas, mais pas que.

Et tu verras cela change tout !

Et si je faisais des choses seule ?

Actuellement, on parle beeaucoup du couple, de vivre des expériences à deux, de tout faire à deux.

Et souvent, quand il y a des choses qui ne te conviennent pas chez l’autre, on se contraint à rentrer dans ce moule du “tout faire ensemble” quand même.

Je t’invite à te demander s’il n’y a pas des choses que tu peux choisir de faire seule, ou avec d’autres (sphère familiale ou amicale) que ton partenaire.

C’est l’idée d’aller comprendre quel est le besoin derrière le reproche? Quand par exemple tu souhaites un conjoint plus affectueux, demande toi ce que cela t’apporterait un conjoint affectueux. Qu’est ce que cela te permettrait d’être ou de ressentir? Et si ton partenaire ne rempli pas ce besoin, alors peut être que tu peux trouver en toi comment y répondre.

Si cela t’intéresse, j’ai créer un programme (Re)Connection qui t’aide à trouver tes besoins derrière les reproches.

Il y a des marges de progression mais il faut parfois du temps

Quand un couple a connu des difficultés depuis longtemps, souvent c’est plus long. Parce qu’on a l’impression d’avoir déjà beaucoup donné, d’avoir fait des efforts pour l’autre.

Alors quand tu viens voir ton partenaire pour lui dire que quelque chose ne te convient pas, il n’a pas toujours envie de répondre favorablement. Cela ne veut pas dire qu’il ne comprend pas le problème ou qu’il ne veut pas changer. Parfois on dit non parce qu'”on ne veut pas faire plaisir à l’autre”; on a pas encore envie d’être la personne qui fait des efforts.

Je l’observe avec les couples que j’accompagne où au début les deux sont fermés et personne “ne veut rien lâcher”. Après plusieurs séances, les tensions sont apaisées et on retrouve du dialogue et des changements sont possibles.

Et voilà, j’espère que cette nouvelle approche sur les bases de la relation de couple te plait. Si c’est le cas, dis le moi dans les commentaires !

Si tu veux en savoir plus sur le programme (Re)Connection, un programme 100% en ligne pour les femmes en couple c’est juste ici : https://untempspournous.com/programmes-2/

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

C’est l’autre le problème !

Il est là !

Je suis vraiment très contente de vous retrouver aujourd’hui pour mon tout premier épisode de Podcast !

Mon objectif avec ce nouveau format c’est de t’accompagner vers une meilleure compréhension de ton couple. Pour commencer, j’ai prévu plusieurs épisodes qui me semblent être important pour débuter, un peu les bases.

Et j’ai eu envie de commencer aujourd’hui avec cette idée très forte chez beaucoup d’entre vous, cette idée que “C’est l’autre qui a un problème, et qui doit donc changer”.

Même si dans la plupart des cas, on ne dit pas textuellement “je veux qu’il change”. On dit plutôt : je veux qu’il soit plus attentionné, qu’il soit plus affectueux, je veux qu’il me comprenne, je veux qu’elle arrête de me parler de trucs qui datent d’il y a trois ans..

L’idée derrière c’est que l’on souhaite que l’autre change, qu’il soit autrement, qu’il fasse différemment. Ce qu’il est actuellement ne me convient pas, il doit faire autrement.

J’ai envie de t’interroger sur cette idée: Qui a un problème?

C’est un problème pour qui ?

Bien souvent, celui qui n’est pas très affectueux, ou celle qui revient sur des vieux événements, n’ont pas le sentiment d’avoir un problème. Ils ne se disent pas que quelque chose cloche chez eux. Cela ne les empêchent pas de dormir la nuit…

À mon sens, ce n’est donc pas l’autre qui a un problème mais toi. L’autre ne dysfonctionne pas, c’est toi qui observe qu’un trait de caractère ou une attitude chez l’autre ne te convient pas.

Dès les premiers rendez-vous avec mes clients, je pose ce cadre là qui est pour moi très importants. Si quelque chose ne me convient pas chez mon partenaire, cela ne veut pas dire qu’il a un problème, qu’il n’est pas normal, qu’il n’a pas compris..

Mais c’est juste normal !

C’est souvent ce que l’on me renvoi. “Mais c’est juste normal de montrer son affection quand on est en couple” . “Mais c’est juste normal de faire l’amour tous les … quand on est en couple”

On est alors tenté de pointer son partenaire comme anormal “Tu as un problème parce que tu ne montres pas ton affection. Si tu étais vraiment amoureux, tu serais plus tendre…”

Et j’ai envie de dire que non. Il n’y a pas de vérité absolue, pas d’évidence. C’est ta vision des choses, tes critères, tes envies, tes besoins.

Si l’autre ne correspond pas, on va souvent blâmer l’autre, lui dire que ce n’est pas normal et qu’il doit donc changer.

Quelles conséquences ?

  • Tu risques d’attendre longtemps. Si l’autre ne considère pas que ce qu’il est, comme étant un problème alors il n’a pas de raisons de changer.
  • Tu risques d’être mal reçu. Demander à quelqu’un de changer n’est jamais simple. Bien évidemment, cela dépend aussi de la personnalité de l’autre, de là où vous en êtes dans votre relation, de la manière dont tu demandes..

Souvent cela génère des tensions et des conflits. Pour celui qui vit mal d’être pointé comme ayant un problème et pour l’autre qui est insatisfait et qui attend un changement.

Et l’étape d’après ?

Une fois que l’on compris que ce n’est pas l’autre le problème mais bien soit qui n’est pas satisfait tout n’est pas réglé. On reste avec une insatisfaction.

Deux options :

  • Soit l’autre veut que les choses aussi. Vous êtes sur la même longueur d’onde et vous avez tous les deux envie de changement. (Même si ce n’est pas pour les mêmes raisons)
  • Soit l’autre ne le souhaite pas. L’autre n’a pas envie de changer, de s’impliquer dans un changement.

Si c’est le cas, alors c’est là que les choses se compliquent. Comment est-ce que l’on fait pour se sentir bien dans son couple et dans sa relation, alors qu’il y a des choses qui ne me conviennent pas?

Si ce sujet t’intéresse, c’est ce dont je parle dans l’épisode de Podcast de la semaine prochaine.

Et voilà, j’espère que cette nouvelle approche sur les bases de la relation de couple vous plait. Si c’est le cas, dites le moi dans les commentaires !

Si tu es en couple et que tu souhaites continuer à travailler ton développement personnel en douceur, je t’invite à t’inscrire à mon challenge gratuit : Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Envie d’une bulle de reconnexion ?

C’est la rentrée !

Pour certains ça fait déjà une semaine. Les vacances sont loin, les tensions dans le couple qui s’étaient apaisées reviennent. Je suis sûre que tu es déjà fatigué et tu regarde quand seront les prochaines vacances.


Stop. Pause.

Et si on prenait le temps ? Dans cet article, je te propose de ne pas t’engouffrer tête baisée dans ton quotidien mais de véritablement prendre un peu de temps pour toi. Ça te dit une petite bulle rien que pour toi?
Oui ? Alors on est partis!


La puissance de l’Ici et le Maintenant.

Je sais bien que dit comme ça, on croit à un truc un peu perché mais je t’assure que c’est LA BASE.

Pour créer cette bulle où tu te concentres sur toi, il faut te ramener dans l’ici et le maintenant. Ne sois pas parasité par ce qui va se passer dans une heure, ou la galère que tu as eu ce matin en allant au boulot.

Non. Ici et maintenant. Demande toi :

  • Comment je vais? (Pas dans ta vie en générale mais là, tout de suite).
  • Comment je me sens ?
  • Comment je veux me sentir?

C’est un exercice à faire au quotidien. C’est clairement une manipulation de ton cerveau. Si tu lui répètes chaque matin que tu veux te sentir dynamique, alors il va finir par s’en imprégner et tu vas pouvoir modifier ton énergie.

Pour cet exercice c’est aussi important d’être dans son corps, quelles sensations tu éprouves? Est-ce qu’il y a des zones de tensions?

Les questions à se poser et la connexion à ton corps participe à faire un check up de la où tu en es.

Un petit bilan?

Je sais que tu n’es pas fan des bilans. On aime pas trop prendre le temps de regarder en arrière, de se rappeler ce qu’on avait dit qu’on ferait… et que souvent on a pas fait…

Mais j’ai envie de t’en parler parce que c’est essentiel si tu veux mettre en place des choses nouvelles dans ta vie. Si tu ne veux pas juste subir les jours qui passent. Si tu as envie d’avoir une vraie marge de manoeuvre il faut que tu ais des projets pour toi même.

Qu’est ce que tu te souhaites? Et une fois que tu as une envie, un objectif alors tu deviens chef de projet! C’est ton boulot de t’assurer que tout se passe bien.

Si tu veux commencer en douceur je t’invite à faire le bilan de ton été.

Qu’est ce que tu as envie d’en retenir de positif, qui a amélioré ton quotidien ?

Et quelles sont les expériences que tu ne souhaites pas reproduire ou que tu souhaites améliorer?

Je t’invite à prendre ce temps pour voir ce qui est important pour toi et te centrer dessus.

Tu fais quoi le 31 décembre 2020?

Pour finir, j’ai envie de te proposer un exercice de visualisation.

Si je te dis décembre 2020, qu’est ce que tu vois? Comment tu te sens?

Qu’est ce que tu as enfin réussi à faire? Quelle décision tu as enfin prise?

Et si la “toi” de décembre 2020 pouvait te dire sur quoi mettre le focus entre maintenant et la fin de l’année ; ce serait quoi?

Bon je pense que si tu prends vraiment le temps de faire ces trois exercices tu auras réussi à créer cette bulle pour te recentrer sur toi.

Je te rappelle les trois clés pour créer cette bulle :

  • Comment je vais là maintenant?
  • Quel bilan de ces derniers mois?
  • Vers où je veux aller?

Une fois que tu as créé ta bulle, si tu as envie d’aller plus loin j’ai une proposition pour toi.

Si tu es en couple et que tu souhaites continuer à travailler ton développement personnel en douceur, je t’invite à t’inscrire à mon challenge gratuit : Les 5 clés pour améliorer ta communication de couple.

Prends soin de toi.

Lucie

Envie d’aller plus loin ?

Si tu veux en savoir plus sur les accompagnements que je propose pour les femmes et le couples : https://untempspournous.com/mes-accompagnements/

Les mecs ? Tous les mêmes !

Le quitter ? Pourquoi ? Je trouverai pas mieux ! Lui ? C’est le moins pire que j’ai trouvé ! 

Aujourd’hui je vous parle de cette idée du “Pourquoi le quitter ? C’est tous les mêmes”. “ J’ai toujours été en couple avec des hommes qui me rendaient malheureuse, l’amour, avoir un couple épanoui, toussa, toussa c’est pas pour moi ! “

J’ai posé le contexte, vous voyez l’idée ? On est partis !

Pourquoi penser “Tous les mêmes” ne te fera pas avancer ?

Elle est pratique cette idée ? Que “ça ne sert à rien de le quitter parce que de toute façon je tomberai sur un autre qui sera pareil, voir pire !”

Cette idée, cette pensée, elle te déresponsabilise. “Ce n’est pas de ma faute, c’est eux qui sont tous pareils !”

Et en plus de te déresponsabiliser, elle te maintient dans l’inaction. Parce que comme ce n’est pas la peine. Alors on ne bouge pas, on ne change rien, on ne le quitte pas et on reste malheureuse.

Pourquoi il y a des femmes qui ont des relations de couples sympas et moi je ne tombe que sur les mauvais numéros ?

Je vais être cash, mais c’est pour te bousculer un peu et que tu envisages l’idée : Parce que tu les tolères dans ta vie. Il n’y a pas des femmes qui les attirent et des femmes qui ne les attirent pas. Non, mais :

Il y a des femmes qui ne les tolèrent pas, et il y a des femmes qui les tolèrent. 

Je t’invite à te demander dans quel team es-tu ? 

Quels sont tes critères ? As-tu des critères ? Quel type d’homme penses- tu “attirer” ou “mériter” ? 

Quand je parle de critères, je ne parle pas de physique (même si tu peux en avoir).

Non, moi je parle d’exigences. Par exemple, “j’exige d’être avec quelqu’un qui me respecte.” ou “je ne tolère pas d’avoir un conjoint qui me manque de respect”

Bien souvent, les femmes ont le double discours. Je me plains de mon conjoint qui ne me correspond pas mais je ne m’en sépare pas. “Je veux être avec un conjoint qui me respecte, lui ne me respecte pas, mais je ne pars pas”.

Souvent c’est étroitement lié à l’amour de soi, l’estime de soi

Est-ce que tu t’accordes assez de valeur pour te dire que tu es une femme à qui on ne manque pas de respect ?

“Je m’aime trop pour accepter d’être avec quelqu’un qui me manque de respect”. 

Est-ce que c’est une pensée que tu pourrais avoir à propos de toi ?

Bien souvent, il y a des signes dès le début de votre histoire. Bien souvent les signes que c’est un homme qui ne vous correspond pas sont déjà visibles. Mais on ferme les yeux, on minimise, on met de côté parce qu’on a pas envie d’être seule, parce qu’on se dit que c’est mieux que rien, ou que les choses s’amélioreront… On tolère. 

Tu n’attires pas à toi plus qu’une autre femme, mais tu l’acceptes dans ta vie.

Tes pensées créent ta réalité.

J’aborde cette notion à demi mot dans cet article mais j’en ferais un autre dédié à cette idée. 

Cette sensation que tu as “d’attirer à toi”, c’est dans ta tête. Si tu passes tes journées à penser que “De toute façon c’est foutu, j’ai trente ans, les mecs sympas sont déjà casés, il ne reste que .. Les autres”.

Alors tu conditionnes ton cerveau à ne voir que “les autres”. Et quand tu vas croiser un “sympa”, tu vas être suspicieuse, tu vas penser que c’est louche, que c’est trop beau, qu’il doit y avoir une arnaque…

Tes pensées créent ainsi ta réalité.

Vous avez toutes eu cette copine qui pense qu’elle n’attire que des “pauvres types”. (c’est d’ailleurs peut être vous, cette copine..)

Et elle fait la liste de ses conquêtes, “tu te souviens… Lui il était nul! Et Machin en fait il était déjà en couple! Et Truc.. du jour au lendemain, plus de nouvelles…”

Et quand vous lui dites “ Et l’autre là ! Le petit brun ? Il était sympa lui !” Elle répond :

“Ah oui, mais non, lui c’est pas pareil..”

Le petit brun, il est balayé par le cerveau, il ne rentre pas dans la case des “tous pourris” alors on le met de côté. C’est comme ça qu’on fait rentrer dans notre cerveau, que nous, on attire que des mauvais numéros.

Je prenais l’exemple d’une femme célibataire, mais c’est pareil quand on est en couple.

Pourquoi le quitter ? Je ne rencontrerai pas forcément mieux, voir je ne rencontrerai personne ! 

Là encore, vos pensées créent votre réalité. Si vous êtes convaincue que tous les autres sont pareils, votre cerveau ne va voir que ça et va vous le confirmer.

Selon moi, quand on a ces pensées, il faut amorcer un travail pour mieux se connaître. Parce que cette idée, elle est bien pratique. “Ils sont tous pareils, je ne trouverai pas mieux”. Alors tu restes là, pas très heureuse mais pas malheureuse non plus. Et tu tolères ce que tu as et qui ne te convient pas vraiment. Tu acceptes.

Si cela te convient, alors c’est ok. Mais si ça te titille un peu quand même, si tu y penses souvent alors je t’invite à aller plus loin. Qu’est ce que tu veux vraiment ? Si tout était possible, ce que tu vis actuellement te conviendrait ? Ou tu t’en contentes parce que tu ne penses pas pouvoir avoir mieux ?

J’ai créé un challenge de cinq jours pour mieux se connaître, pour partir à la découverte de toi et de tes pensées.

Chaque jour, pendant cinq jours, tu reçois une vidéo exclusive avec un exercice écrit. Je t’invite à t’y inscrire si tu te sens confuse, perdue, ne sachant pas trop quelle décision prendre.

LIEN CHALLENGE : https://untempspournous.com/challenge-mieux-se-connaitre/

À très vite.

Lucie, Thérapeute de couple